RMC Sport

Papin : « Un challenge très excitant »

L'ancien coach du RC Lens veut retrouver le sourire sur le banc de Châteauroux.

L'ancien coach du RC Lens veut retrouver le sourire sur le banc de Châteauroux. - -

Nouvel entraineur d’une équipe de Châteauroux pourtant mal en point (16e de L2), Jean-Pierre Papin espère que son nouveau défi va lui permettre de reprendre son envol.

Jean-Pierre, vous voilà de retour aux affaires, un an et demi après votre départ de Lens…
Oui, le terrain me manquait depuis quelque temps. Et je trouve que ce challenge est très excitant.

Vous avez déclaré vouloir vous relancer.
Je n’ai pas perdu mon temps lors de mes précédentes expériences mais je ne voulais pas rester sur des échecs. J’avais besoin d’un challenge vivifiant avec une équipe de jeunes. Je pense l’avoir trouvé à Châteauroux.

Votre premier objectif sera de maintenir le club en Ligue 2 ?
Il faut se maintenir parce que Châteauroux est un des piliers de la L2 et doit le rester. C’est une équipe qui a connu la L1 (ndlr, en 97-98), donc il y aura peut-être des ambitions plus grandes dans le futur. Il y a un projet de stade qui est sympa. Toute la région a l’air de vouloir aller plus haut. C’est un beau projet.

Comment s’est passé votre premier contact avec vos nouveaux joueurs ?
Très bien. Il fallait qu’on leur apporte un nouveau discours en changeant certaines règles. Vu l’état d’esprit affiché à l’entrainement, c’était intéressant. Il faut que ça dure maintenant.

Connaissez-vous bien cette équipe de Châteauroux ?
Pas suffisamment encore. Je découvre certains joueurs. On prendra certainement quelques renforts. De toute façon, je pense que l’équipe aura un autre visage dans quelques matches.

Avez-vous l’impression de prendre un risque par rapport à votre carrière ?
Non, je ne prends pas de risque. Je suis un jeune entraîneur, ça ne fait que quatre ans que j’ai embrassé cette carrière. Repartir en L2, c’est une aubaine pour moi car ça va me permettre de remettre les compteurs à zéro. Je suis content d’être là. J’ai un staff et un club qui sont à fond derrière moi. Quand ça se passe comme ça, c’est beaucoup plus facile.

La rédaction - Maxime Gras