RMC Sport

Six ans après, le Conseil d'Etat confirme que Luzenac aurait dû jouer en Ligue 2

Luzenac aurait bel et bien dû évoluer en Ligue 2. C'est ce qu'a conclu le Conseil d’Etat, selon La Dépêche du Midi. La plus haute juridiction française a confirmé une décision de la cour administrative d’appel de Bordeaux qui annulait une décision du conseil d’administration de la LFP.

C’est une victoire juridique, qui arrive six ans après. Selon les informations de La Dépêche du Midi, le Conseil d’Etat a confirmé mardi la décision de la cour administrative d’appel de Bordeaux du 25 juin 2019 qui annulait la décision du conseil d’administration de la Ligue de football professionnel concernant Luzenac. 

Une décision qui empêchait le LAP de monter en Ligue 2. Concrètement, le Conseil d’Etat estime donc que le club ariégeois, aujourd'hui en Régional 1, aurait dû évoluer en deuxième division. 

Son président Jérôme Ducros entend désormais trouver un accord avec la LFP, afin que "l'on reconnaisse officiellement qu'on avait eu raison". Pour rappel, Luzenac avait acquis sportivement en 2014 le droit d’accéder à la Ligue 2, un rêve pour cette commune de 600 habitants. Mais le dossier du club, alors entraîné par Christophe Pélissier, avait alors été recalé par les instances dirigeantes du football français pour des raisons financières puis de non-conformité du stade. Le 16 mai 2017, le tribunal administratif de Toulouse avait confirmé la décision du conseil d'administration de la LFP du 27 août 2014 de refuser à Luzenac le droit d’évoluer en Ligue 2. 

Un conflit entre Barthez et Ducros

Cette juridiction de première instance avait considéré que le LAP n'avait pas "démontré qu'il disposait des installations sportives requises pour la participation au championnat de France de Ligue 2, en l'absence, notamment, d'un accord ferme et irrévocable pour utiliser, tout au long de la saison 2014/2015, les installations du stade Ernest-Wallon à Toulouse", l'enceinte du Stade Toulousain. Outre la bataille judiciaire entre le club et les instances, l’affaire a pris un virage plus personnel avec un conflit entre Jérôme Ducros et Fabien Barthez, ancien directeur général de Luzenac. 

"Luzenac, je n’ai pas tellement envie de m’étendre et de rentrer dans les détails. Ça a été une épreuve difficile, sportivement, avec ce qu’on avait réussi à faire. J’ai compris certaines choses. Je n’ai vraiment pas envie de rentrer dans les détails. Le président, Jérôme Ducros, en qui j’avais totale confiance… il s’est passé des choses pas très saines. Je suis en procès depuis deux ans avec cette personne, pour de l’argent que je lui ai prêté", avait expliqué le champion du monde 1998 en mai dernier sur RMC.

RR