RMC Sport

City-OM, le match rock et foot d’Osiris, le groupe de musique de Di Meco

Manchester City-OM… Un match particulier pour un groupe de musique marseillais: Osiris… Ils aiment l’OM mais jouent et chantent sur scène avec des maillots de Manchester City! Osiris est le groupe de musique d’Éric Di Meco, qui rend hommage à Oasis, le fameux groupe de Manchester et des frères Gallhager…

Éric Di Meco en a eu les larmes aux yeux. "Quand le tirage nous a sorti Manchester City-OM, j’ai tout de suite compris que l’on risquait de ne pas pouvoir aller en Angleterre à cause de la situation sanitaire. J’avais imaginé inviter à Marseille un groupe de musique de Manchester. Et au match retour, nous aurions pu jouer dans un pub ou au pied du stade, c’était un rêve pour Osiris." Osiris, la nouvelle source d’adrénaline et d’émotions d’Eric Di Meco. Un groupe de musique créé avec des copains marseillais… qui joue et chante avec des maillots de Manchester City! Alex le chanteur, Lionel et Alain les 2 guitaristes, Patrick à la batterie… Et à la basse, donc, un musicien champion d’Europe 1993 et consultant vedette sur RMC et RMC Sport: Éric Di Meco.

Di Meco, grand fan des maillots de City

Éric a reçu samedi RMC Sport, lors d’une répétition en conditions réelles de concert, à l’Espace Julien, dans le centre-ville de Marseille. "Tu vois, ce maillot du Kun?! (Agüero) Je l’ai récupéré quand je suis allé commenter un match à l’Ethiad Stadium. Et celui de notre chanteur, avec le logo d’Oasis et l’inscription "brothers", référence aux frères Gallhager: un collector, en rupture de stock!" Éric a même déniché le maillot d’Ali Benarbia, porté ce samedi par le batteur du groupe. "Ali est une grande star de City du début des années 2000. C’est le joueur préféré de Noel Gallhager. Il l’avait dit dans So Foot. L’arrivée de Benarbia, c’est la fin du kick and rush et le début du beau foot à City!"

Axel, le chanteur: "J’étais trop jeune en 93, mais on est supporter de l’OM"

Jour de "répét’", donc. Pas de public, évidemment. Mais des maillots un peu partout sur scène et sur les sièges de l’Espace Julien. Quelques drapeaux anglais, ou de Manchester City. Eric Di Meco n’a pas oublié de positionner un maillot de l’OM, celui de 1993. "Enlève le maillot de l’enceinte, Eric!", lance l’ingénieur son. Jeux de lumière, fumée et "Hello Manchester", lancé par Axel, le chanteur. On se croirait à un concert. "J’étais trop jeune en 93 pour suivre les exploits d’Éric, mais on est avant tout supporter de l’OM", confirme Axel, bob sur la tête, comme Liam Gallhager. "On aime l’OM mais on s’intéresse forcément à City et à la ville de Manchester pour s’imprégner de l’ambiance rock qui y règne." Alain, l’un des deux guitaristes, relâche la pression après une intro du fameux titre Wonderwall, et confirme l’évidence: "Je suis le plus âgé, donc j’ai vécu la grande période d’Éric. On est fan de l’OM, fan de Manchester, fan d’Oasis… on ne pouvait que créer le groupe Osiris!"

Wonderwall, Supersonic, Stand by me…

Un groupe de copains, une envie de faire de la musique, et l’idée de se lancer dans un "cover band" (reprise de chansons célèbres, NDLR) pour rendre hommage à Oasis. Wonderwall, Supersonic, Stand by me… Frissons garantis. "On s’est retrouvé autour de la musique et d’Oasis. Sur scène, notre angle, c’est ce mélange de musique et de foot", raconte Éric. "Les musiciens d’Oasis, surtout Noel, qui côtoie les joueurs, sont des fans de City. Ils ont fait beaucoup de photos avec des maillots. C’est un peu les mêmes couleurs que l’OM. Ça nous plaisait bien… et ça m’a permis de chiner pas mal de maillots!", raconte Di Meco. "Le maillot que je porte aujourd’hui me plaît bien. C’est le nouveau, il a un côté psychédélique!"

Sur scène, Di Meco a "les jambes qui tremblent"!

Ce mercredi soir, Di Meco et sa bande d’Osiris ne seront pas à Manchester. Mais ce n’est que partie remise. Avant la crise sanitaire, et même cet été, Osiris a déjà organisé quelques concerts, sur Marseille et ses alentours. "Osiris, c’est un esprit festif, bières, football, musique", lâche Patrick, le batteur. "On joue sur la fibre Manchester. Mais quand les gens viennent nous voir en concert, je pense qu’ils s’éclatent comme si c’était un groupe marseillais." La scène, le public, les concerts, un environnement pas si facile à apprivoiser pour Di Meco. "L’appréhension, même devant 300 personnes, est plus forte qu’à l’époque sur le terrain. Au football, le public était une aide et je maitrisais mon métier. Sur scène, le public me stresse, et j’ai peur. J’ai eu l’occasion de jouer un morceau à l’Olympia devant 2.000 spectateurs… je ne sentais plus mes jambes!"

André Villas-Boas découvre aussi Osiris!

Comme un nouveau défi, pour l’ancien défenseur de l’OM. Qui s’offre, à la basse, et avec Osiris, une seconde jeunesse. Di Meco a même lancé samedi un live instagram, avec trois morceaux joués en direct! "Il faut faire plaisir à nos followers, les gars! Attends, comment ça marche le live?!... Vérifiez qu’ils voient bien la scène. Voilà… Merci de nous avoir suivi les amis." Osiris, objectif 15.000 followers après le match City-OM. Il se murmure même qu’André Villas-Boas, qui a découvert ce mardi les talents musicaux de Di Meco, pourrait bientôt s’abonner à Osiris… "Éric avec le maillot de Manchester City?! (Rires) On lui pardonne tout, à Éric. C’est le représentant maximum de l’OM!", sourit AVB.

Florent Germain (à Marseille)