RMC Sport

L’affaire Aurier n’intéresse pas (encore) l’Angleterre

Serge Aurier

Serge Aurier - AFP

Encore focalisés sur un week-end fou en Premier League, les médias britanniques accordent peu de place à l’affaire Aurier ce lundi matin. Mais à 24h du choc PSG-Chelsea en Ligue des champions, ils n’ont peut-être pas dit leur dernier mot...

Les médias anglais ne sont pas les plus recommandables si vous voulez suivre le déroulement de l’affaire Aurier. Au lendemain des spectaculaires affiches de Premier League Arsenal-Leicester (2-1) et Manchester City-Tottenham (1-2), le championnat anglais truste les Unes des tabloïds. Sur le web, il faut scroller pour trouver les premiers papiers sur la sortie de route de l’arrière droit du PSG.

Le traitement y est relativement sobre même si de nombreux médias parmi lesquels The Independent, The Daily Mail et The Daily Mirror, insistent sur les insultent à caractère homophobe à l'égard de Laurent Blanc ("Faggot") et Zlatan Ibrahimovic. The Sun, pourtant très friand de ce genre d’affaire, n’en fait pas non plus des caisses. Le tabloïd apporte quelques révélations à prendre avec des pincettes. Selon les propos d’une source interne au PSG, de « nombreux joueurs seraient dégoûtés par leur équipier et personne ne sait ce qui va se passera s’il revient à l’entraînement. Zlatan serait furieux… »

La Côte d’Ivoire allume son Eléphant

Si l’affaire Aurier ne préoccupe pas beaucoup nos voisins ce lundi matin, il pourrait en être autrement dans les prochaines heures, à l’approche de PSG-Chelsea en 8e de finale de Ligue des champions. L’Ivoirien qui ne jouera pas mardi soir face aux Blues sera forcément au centre des conférences de presse des deux clubs, notamment celle du PSG avec Laurent Blanc et Marco Verratti (à 14h).

Enfin en Côte d’Ivoire, le pays du Parisien, cette mise à l’écart est relayée aussi par quelques médias. « Vous n’Aurier pas dû », ose le site sport-ivoire.ci. Celui-ci évoque « une maladresse » de l’Eléphant tout en s’interrogeant sur les raisons qui l’ont poussé à commettre cette faute. Sans l’épargner. « La seule réponse demeure l’euphorie d’un footballeur qui pense avoir tâté les sommets de son métier et qui se croirait tout permis. (…) Il ne devra s’en prendre qu’à lui-même, en espérant qu’il grandira et reviendra sur terre, en se comportant comme un véritable professionnel. Quant à la Côte d’Ivoire, elle est encore éprouvée par un comportement peu recommandable de l’un de ses ambassadeurs. »

A lire aussi : 

Hazard : "Difficile de dire non au PSG"