RMC Sport

L'UEFA punit Fenerbahçe pour les chants pro-Poutine de ses supporters en Ligue des champions

Fenerbahçe écope d'une amende de 50.000 euros et d'une fermeture partielle de son stade de la part de l'UEFA, qui sanctionne les chants pro-Poutine entonnés par des supporters, lors du match contre le Dynamo Kiev au deuxième tour préliminaire de la Ligue des champions.

L'Union européenne de football a infligé ce vendredi une amende de 50.000 euros au club turc de Fenerbahçe, pour sanctionner les slogans chantés par une partie de ses supporters en faveur du président russe Vladimir Poutine lors d'un match contre les Ukrainiens du Dynamo Kiev le 27 juillet dernier à Istanbul.

L'UEFA a par ailleurs imposé une fermeture partielle du stade du club turc, avec la condamnation d'au moins 5.000 places, lors de son prochain match européen à domicile. L'instance européenne précise dans un communiqué que ces mesures ont été décidées en réponse aux "jets d'objets et à la transmission d'un message provocateur à caractère offensant, à savoir des chants illicites".

Des chants après le but du Dynamo Kiev

Les incidents se sont produits lors d'un match comptant pour le 2e tour des qualifications de la Ligue des champions, remporté 2-1 par le Dynamo Kiev. Après un but inscrit par l'Ukrainien Vitaliy Buyalski (57e), quelques centaines de supporters de Fenerbahçe ont scandé le nom du chef d'État russe, selon des vidéos publiées sur des réseaux sociaux. L'UEFA avait ouvert dans la foulée une enquête disciplinaire sur les "supposés mauvais comportements" des supporters turcs.

Fenerbahçe s'était dans un premier temps excusé par voie de communiqué, avant que son président annonce trois jours plus tard que le club ne présenterait pas ses excuses à l'Ukraine pour ces slogans pro-Poutine. De son côté, l'ambassadeur d'Ukraine en Turquie, Vasyl Bodnar, a condamné ces chants dès le lendemain du match. "Il est très triste d'entendre de la part des supporters de Fenerbahçe des mots qui soutiennent l'assassin et l'agresseur qui bombarde notre pays", avait-il réagi en turc sur Twitter.

Les slogans pro-Poutine ont aussi provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, où de nombreux internautes turcs les ont qualifiés de "honteux". Tout en condamnant rapidement l'offensive russe en Ukraine, la Turquie a opté pour la neutralité entre les deux pays et ne s'est pas jointe aux sanctions occidentales contre Moscou.

A.Bo avec AFP