RMC Sport

Lama: "Navas, c’est un bon gardien, pas un grand gardien"

Il formule des regrets pour Alphonse Areola, qui n’a pas réussi à s’imposer au PSG. Présent à la Diomède Cup ce lundi à Issy-les-Moulineaux, l’ancien gardien parisien Bernard Lama a évoqué le grand changement estival au poste dans le club parisien.

Leonardo a tout changé. Alphonse Areola et Kevin Trapp ont commencé l’été au PSG, mais ils ne l’ont pas fini. Keylor Navas et Sergio Rico sont arrivés, pendant que le Français et l’Allemand débarquaient respectivement au Real Madrid et à Francfort. Un changement bénéfique pour le club parisien ? Pour Bernard Lama, présent à la Diomède Cup ce lundi à Issy-les-Moulineaux, la signature du Costaricien, triple vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid, n’est pas spécialement décisive. C’est surtout la définition précise de la hiérarchie qui est une bonne chose.

"Navas, c’est un bon gardien, pas un grand gardien, estime l’ancien gardien du PSG (1992-1997, 1998-2000). Un très bon gardien. La grosse différence, c’est qu’il y a un titulaire aujourd’hui. Les choses sont clairement établies. C’est à lui de garder sa place, de faire le boulot. Je pense que la situation est beaucoup plus claire." Bernard Lama a donc des regrets pour Alphonse Areola. Mais ce dernier n’a pas su saisir sa chance au PSG.

>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport et regarder la Ligue des champions

"Areola a perdu sa place au PSG parce qu’il n’a pas fait ce qu’il fallait pour s’imposer"

"Un gardien doit pouvoir mûrir, mais il doit pouvoir jouer tranquillement aussi. Ces dernières années, au PSG, la situation n’a jamais été nette. A cause des joueurs, aussi. Quand vous êtes titulaire, c’est à vous de vous imposer, assure Bernard Lama. Je pense qu’Alphonse (Areola) a perdu sa place au PSG parce qu’il n’a pas fait ce qu’il fallait pour s’imposer, alors qu’il était prévu comme titulaire. Même s’il y avait Buffon… C’est là qu’il faut progresser encore."

"Areola a beaucoup plus de potentiel athlétique que Navas, qui a plus d’expérience, de vécu, analyse l’ancien gardien de l’équipe de France, champion du monde en 1998 et d’Europe en 2000. Mais je pense que c’est avant tout une question de personnalité. Et de mettre la personne dans les conditions qu’il faut. A Paris, ces dernières années, la situation n’a jamais été claire. Mais je le répète, les gardiens n’ont pas forcément fait ce qu’il fallait pour que ce soit clair. Quand on vous fait jouer, c’est à vous de montrer que vous êtes là, que vous n’avez pas envie de sortir et que l’autre va rester sur la touche." Au Real Madrid, Alphonse Areola va-t-il réussir à déloger Thibaut Courtois ?

LP avec JO