RMC Sport

Ligue des champions: Aulas peste contre le huis clos après le nul de l'OL

Après le match nul concédé par l'OL sur sa pelouse face au Shakhtar Donetsk (2-2), le président lyonnais Jean-Michel Aulas a tenu à réaffirmer son incompréhension face au huis clos auquel a dû faire face le club. Cette décision, qu'il trouve "injuste", a selon lui impacté la performance de ses joueurs ce mardi.

"C'est sûr que ça a été un gros handicap". Jean-Michel Aulas n'y va pas par quatre chemins. Le président de l'OL est revenu sur le huis-clos infligé à son club ce mardi face au Shaktar Donetsk, après le match nul arraché en seconde période (2-2). Un coup de gueule - pas le premier - qui, il l'espère, sera entendu par l'UEFA.

"Avec nos supporters dans les conditions d'un grand match exceptionnel, je pense qu'on aurait eu plus de chances", a-t-il confié au micro de RMC Sport.

"La sanction a été financière d'abord, puisque le manque à gagner est énorme. Une billetterie sur un match comme ça, c'est de l'ordre de quatre millions d'euros. Mais elle est surtout sportive. On se rend bien compte sur ce type de matchs que nos possibilités, notamment en deuxième mi-temps, auraient été décuplées si nos supporters étaient là. Avec eux, on est meilleurs."

"Quand on a des affiches comme celles-là et qu'il n'y a pas de public, ça nuit à la compétition"

"Quand ils ne sont pas là, ça veut dire aussi qu'il y a eu des erreurs de faites avant, a souligné Jean-Michel Aulas. Donc il faut qu'on trouve les moyens d'éviter d'être sanctionnés parce qu'il reste encore un match avec sursis. On n'a plus le droit à une seule incartade même si c'est injuste puisque c'est en dehors du périmètre du stade et en France ce périmètre est sous la responsabilité de la police. Même si c'est injuste, l'UEFA a pris cette décision. On va essayer de discuter avec eux, pas pour le sursis mais aussi pour les matchs à venir. Quand on a des affiches comme celles-là et qu'il n'y a pas de public, ça nuit à la compétition."

CP avec EJ