RMC Sport

Ligue des champions: la déroute du LOSC face à l'Ajax Amsterdam

L’Ajax Amsterdam a largement dominé Lille (3-0) pour l’entrée en lice des deux équipes dans la Ligue des champions 2019-2020, ce mardi à la Johan Cruyff Arena. Le Losc a eu les occasions de réduire la marque et aurait même pu obtenir un penalty, mais la formation néerlandaise lui était largement supérieure.

Lille a pris une leçon de football et de réalisme. Demi-finaliste de la Ligue des champions la saison passée, l’Ajax a écrasé le Losc (3-0) à la Johan Cruyff Arena. Le haut niveau, ça ne pardonne pas. Les joueurs de Christophe Galtier ont payé pour s’en rendre compte. L’apprentissage est rude. Ce sont pourtant les Lillois, sept ans après la dernière participation du club à la compétition, qui sont le mieux entrés dans cette partie, avec beaucoup d’agressivité au pressing. Incisifs dans le camp adverse, les Lillois auraient pu être récompensés de leurs intentions de jeu si l’arbitre et le VAR avaient décidé d’accorder un penalty, qui semblait pourtant évident, à Victor Osimhen (2e). 

A la réception d’un bon ballon de Renato Sanches, assez nerveux par ailleurs, l’attaquant nigérian, coincé entre Daley Blind et Joël Veltman, a été retenu par le maillot par ce dernier, qui l’a stoppé dans son élan. L’arbitre a hésité un instant, et c’est finalement le VAR qui a tranché en faveur des Néerlandais. Cette décision injuste a-t-elle pesé dans l’esprit des joueurs de Christophe Galtier ? Toujours est-il que l’Ajax a pris les choses en mains et posé son empreinte sur le match. La piqûre de rappel a été, pour les Néerlandais, plus que salutaire. Car le Losc a ensuite grandement souffert.

Onana infranchissable

Dans ce match à haute intensité, si Lille a eu le mérite de se montrer dangereux en contre, le club nordiste a trop raté dans les deux zones de vérité. Les montées de balle agressives des latéraux et la technique en mouvement du trio infernal de devant (Tadic, Ziyech, Neres), le même qui a torturé le Real Madrid et la Juventus Turin la saison passée, ont tourmenté une défense lilloise aux abois. Les vagues néerlandaises ont rapidement déferlé sur le but de Mike Maignan (4e, 6e, 14e), annonçant l’inéluctable. Incapable de sortir proprement le ballon, Lille a multiplié les pertes de balle et trop perdu le ballon aux abords de sa surface, le plus souvent dans l’axe. Et ce qui devait arriver arriva. 

Quincy Promes a ouvert le score de la tête à la réception d’un centre millimétré de Nicolas Tagliafico (19e). Malgré les nombreux errements défensifs dont ils se sont rendus coupables, les Lillois ont eu l’opportunité de revenir à hauteur. Ikoné, servi en retrait par Jonathan Bamba, a buté sur Onana et manqué le but égalisateur. Infranchissable, le gardien international camerounais a tout repoussé (58e, 78e), et bénéficié de la réussite qui accompagne les grands gardiens. Yazici a bien trouvé le poteau en fin de match (89e), et les occasions abandonnées par-ci par-là laisseront des regrets aux Lillois, mais l’Ajax s’était déjà envolé depuis fort longtemps. 

La pire série de l'histoire du LOSC

Edson Alvarez, d’un tir dans la lucarne (50e), puis Nicolas Tagliafico, de la tête (63e), avaient donné une avance confortable aux hommes de Ten Hag. Le résultat final est logique au regard des forces en présence, même si l'ampleur du score est forcément difficile à encaisser pour le Losc qui s'est, malgré tout, procuré un certain nombre d'occasions. Trop tendre, le LOSC s'est heurtée à une formation bien plus talentueuse et expérimentée. Lille reste sur douze rencontres sans succès en compétition européenne (6 nuls, 6 défaites - tours préliminaires inclus), soit la pire série de son histoire. Dans ce tableau noir, les raisons d'espérer existent.

>> Cliquez ici pour découvrir les offres de RMC Sport et suivre en exclusivité la Ligue des champions

RMC Sport