RMC Sport

Ligue des champions: Mais qui fait pression sur la compétition?

Selon le Wall Street Journal, l’UEFA et l’association des clubs européens (ECA) ont programmé une réunion secrète, ce mardi, pour évoquer un changement de format de la Ligue des champions. Une formule qui a des partisans puissants mais aussi des détracteurs.

C’est une réunion secrète qui ne l’est plus vraiment. Selon le Wall Street Journal, l’UEFA et l’association des clubs européens (ECA) doivent se réunir ce mardi pour évoquer la réforme de la Ligue des champions. Alors que la menace d’une Super League entre clubs les plus puissants planait, l’UEFA aurait ouvert les discussions pour évoquer une refonte de la C1. Celle-ci pourrait prendre la forme d’une Ligue avec un système de promotions et de relégations et l’instauration de matchs le week-end à partir des quarts de finale. 

Mais qui se cache derrière ce mouvement révolutionnaire? Les gros clubs européens en quête de retombées financières bien plus importantes en augmentant le nombre de matchs. Andrea Agnelli, président de la Juventus, est le fer de lance et aurait convaincu Aleksandr Ceferin, président de l’UEFA, de s’ouvrir à la discussion. Les clubs les plus puissants parmi les 232 que compte l’ECA seraient partisans de cette refonte. Parmi eux, les monstres du football européen qui avaient lancé l’idée de créer une Super Ligue européenne, comme l’avaient révélé les Football Leaks. 

Le Real Madrid, Barcelone, Manchester United, Bayern Munich, La Juventus, Chelsea, Arsenal, PSG, City, Liverpool et Milan, auraient été les clubs fondateurs de cette Ligue, alors que l’Atlético, Dortmund, Marseille, Inter et Rome auraient figuré parmi les invités. Pour éviter l'écueil d'une compétition parallèle à la C1, l’UEFA a donc décidé de s’asseoir à la table des négociations pour évoquer une autre alternative que représenterait le nouveau format de la Ligue des champions. 

L'inévitable Javier Tebas mène la fronde

Celui-ci a évidemment ses pourfendeurs, dont les championnats européens, qui seraient directement mis en concurrence par la programmation des matchs le week-end. La Liga, la Premier League, la Bundesliga et la Serie A ont notamment signé un document envoyé à l’UEFA dans lequel elles refusent d’abandonner la programmation des matchs le week-end au profit de la Ligue des champions, pour les déplacer en semaine. Javier Tebas, président de la Ligue de football espagnol mène la fronde. 

Il disposait d’un allié avec Richard Scudamore, ancien patron de la Premier League, mais ce dernier a démissionné de ses fonctions en décembre. Le championnat anglais est aussi récalcitrant à cette réforme, générant actuellement les plus haut revenus en Europe, notamment en termes de droits TV. Les championnats européens, regroupés dans l’association des Ligues européennes de football professionnel (EPFL), sont en opposition avec Ceferin sur ce point, de longue date. "Ils pensent que c'est un agent double, que Ceferin dit une chose et en fait une autre, confierait-on en interne à l’EPFL, selon As. Ils pensent qu'il s'est incliné devant Agnelli."

Nicolas Couet