RMC Sport

Ligue des champions : Manchester City, le grand soir du maudit

-

- - -

En ballotage très favorable après sa victoire à l’extérieur au match aller (1-3), Manchester City pourrait atteindre les quarts de finale de la Ligue des champions pour la première fois de son histoire mardi face au Dynamo Kiev. Et porter seul les couleurs d’une Premier League en grande difficulté sur la scène européenne.

Après le Barça, City touche enfin au quart

Depuis le rachat du club par un fonds d’investissement d’Abu Dhabi en 2008, Manchester City n’a jamais réussi à se faire une place dans le Top 8 européen. Après deux éliminations en phase de poule en 2011-2012 et 2012-2013, les Citizens ont échoué ces deux dernières années au stade des huitièmes en se cassant les dents sur le FC Barcelone. Cette fois, les coéquipiers de Yaya Touré n’ont jamais été aussi proches de faire le grand saut après leur large victoire sur le terrain du Dynamo Kiev (1-3) au match aller. « Nous n’allons pas jouer en pensant au score du match aller, nous jouerons comme s’il y avait 0-0 et nous essaierons de gagner, explique Manuel Pellegrini. La chose la plus importante est de savoir que nous ne sommes pas encore qualifiés. C’est le premier objectif et nous verrons ensuite qui nous devrons affronter au prochain tour. »

Le dernier représentant de la Premier League ?

Après l’élimination de Manchester United dès la phase de poule, celle de Chelsea en 8e de finale et la défaite d’Arsenal à l’aller face au FC Barcelone (0-2), Manchester City est en bonne position pour être le dernier représentant anglais en quart de finale de la Ligue des Champions. « Je ne sais pas quel message cela enverrait, s’interroge Joe Hart, le gardien des Citizens. Les gens ont leurs opinions sur les équipes anglaises en Europe mais nous sommes là et nous allons nous battre jusqu’à la fin. » Pour contrer les mauvaises performances anglaises en C1, Raheem Sterling présente, lui, une recette très simple. « Nous devrions regarder plus loin en Ligue des Champions, pas seulement vers les quarts de finale mais au-delà et, je l’espère, en finale, vise l’ancienne starde Liverpool. C’est la raison pour laquelle je suis venu ici : faire partie d’une équipe qui vise les grandes compétitions comme ça. »

Pellegrini veut soigner son départ

Depuis l’officialisation de l’arrivée de Pep Guardiola sur le banc la saison prochaine, Manuel Pellegrini n’a qu’une envie : conclure son mandat de trois ans en beauté. Après la Capital One Cup glanée face à Liverpool, les Citizens sont en passe de se qualifier pour la première fois de leur histoire en quarts de finale. « Nous avons progressé dans cette compétition, remarque le Chilien. Avant que j’arrive ici, nous ne nous étions jamais qualifiés pour les huitièmes de finale. Nous l’avons fait deux fois lors des deux premières années avec le Bayern Munich dans notre groupe que nous avons battu deux fois et qui nous a battu deux fois aussi. »

Une semaine énorme

L’Etihad Stadium se prépare à vivre une semaine de feu. Après ce rendez-vous avec l’histoire mardi en C1, Manchester City a rendez-vous avec le voisin honni, Manchester United, dimanche (17h) dans un derby capital dans la course au titre. Car Manuel Pellegrini n’a pas abandonné l’idée de décrocher un deuxième titre de champion en trois ans malgré les neufs points de retard sur Leicester City, actuellement leader à neuf journée de la fin, et le match nul concédé à Norwich (0-0) samedi. « Il reste encore 27 points (à prendre) en Premier League, calcule-t-il. Vous ne savez jamais ce qu’il peut se passer en football mais notre objectif est d’abord de se concentrer sur le match face à Kiev, puis au derby. Nous devons finir le plus proche possible du sommet du championnat. »