RMC Sport

Macron va rencontrer Infantino... et s’immiscer dans le débat sur la réforme de la Ligue des champions

Macron et Infantino lors de la finale de la Coupe du monde 2018

Macron et Infantino lors de la finale de la Coupe du monde 2018 - ICON

A l’occasion d’un rendez-vous avec le président de la Fifa, Gianni Infantino, mardi à Paris, le président de la République, Emmanuel Macron, a l’intention de faire part de son inquiétude au sujet du projet de réforme de la Ligue des champions de l’UEFA. Pour le chef de l’Etat, le patron du football mondial peut influer sur les décisions de l’instance européenne.

C’est un mardi très sportif qui attend Emmanuel Macron. Entre un déjeuner à Clairefontaine avec l’équipe de France féminine qui prépare sa Coupe du monde et la remise de décoration à l’Elysée en l’honneur de l’équipe de France masculine, sacrée championne du monde l'an passé, le président de la République recevra le patron du football mondial, Gianni Infantino. La rencontre interviendra en début d’après-midi à l’Elysée, avant la signature d’un accord entre l’Agence Française de Développement et la Fifa concernant le développement de projets de développement par le Sport en Afrique.

Au-delà de cet accord, d’autres sujets seront à l’ordre du jour durant cette rencontre qui doit durer 30 minutes. Emmanuel Macron a notamment prévu de dire toute son inquiétude au sujet de la réforme de la Ligue des champions, destinée à entrer en vigueur à partir de 2024 et très favorable aux clubs les plus puissants. Selon l’entourage du président de la République, même si la Fifa n’est pas directement concernée par le projet de l'UEFA, "il a un impact direct sur les ligues nationales. Le football est un secteur économique important en France. Et cette réforme pose beaucoup de questions autour du modèle fédéral." Car la Fifa a son mot à dire sur la viabilité économique des championnats.

Macron derrière Infantino pour la réforme des transferts

Amateur de football, l’actualité du ballon rond n’échappe pas à Emmanuel Macron qui devrait également soutenir Gianni Infantino au sujet de sa volonté de réformer le système de transferts avec une régulation plus forte, et une protection accrue des joueurs mineurs.

Enfin, ils échangeront sur les orientations de la FIFA pour les quatre prochaines années, alors que le dirigeant italo-suisse, seul candidat à sa succession sera réélu pour un nouveau mandat lors du congrès de Paris mercredi. Le Président de la République s’exprimera d’ailleurs devant tous les membres de la FIFA mardi soir au Grand Palais à l’occasion du dîner d’ouverture de ce 69ème Congrès.

Antoine Arlot