RMC Sport

"Nous devons offrir aux jeunes des compétitions excitantes": Agnelli pousse pour des nouveaux formats

Andrea Agnelli, président de la Juventus et de la puissante Association européenne des clubs (ECA), a une nouvelle fois demandé ce mercredi une refonte des compétitions actuelles. Et donc poussé, sans la citer, pour une Superligue.

Pas de proposition concrète, mais une vision assez claire. Invité ce mercredi de l'"e-Think Sport" organisé par News Tank, le président de la Juventus et de la puissante Association européenne des clubs (ECA), Andrea Agnelli, a une nouvelle fois poussé pour une refonte des formats de compétitions actuels.

"Est-ce que nous voulons appréhender le futur avec un regard nostalgique ou progressiste? Il est de notre devoir que le football reste, dans les prochaines décennies, le sport le plus populaire au monde, a lancé le dirigeant. (...) Nous avons une audience beaucoup plus segmentée que par le passé. La génération Z (les adolescents d'aujourd'hui, ndlr) pourra payer dans moins de cinq ans. Mais est-ce que ce que nous leur offrons aujourd'hui correspond à ce qu'ils veulent? Nous devons leur proposer des compétitions excitantes."

Comme une Superligue européenne entre cadors, montée par l'ECA et organisée par la Fifa ou une structure privée? Par exemple... Mais Agnelli s'est également dit intéressé par le projet de l'UEFA de réformer la Ligue des champions en 2024. Projet qui, disons-le, se rapproche de celui de la Superligue sur bien des points.

Pas de compétition fermée, pas de place supplémentaire non plus pour les clubs français en Ligue des champions

"Quand nous regardons les compétitions actuelles, nous constatons un déclin de l'intérêt et de la compétitivité", résume le patron de la Juve, défenseur en chef des clubs les plus riches.

S'il demande de la "stabilité" pour les grosses formations européennes, et donc des rentrées d'argent garanties, Agnelli a toutefois écarté l'idée d'une nouvelle compétition totalement fermée, parlant de "rêve" pour les équipes de calibre moindre, ou encore de mérite sportif.

Le dirigeant italien a également été interrogé par le président lyonnais Jean-Michel Aulas sur une place supplémentaire en Ligue des champions pour les clubs français à l'avenir. Ce à quoi Agnelli a répondu en évoquant là-encore le "mérite sportif". En clair, les clubs tricolores devront performer pour être mieux représentés.

CC