RMC Sport

Olympiacos-OM: Marseille puni dans le temps additionnel pour son retour en C1

Malmené par Mathieu Valbuena et sa bande, et globalement pas à la hauteur du rendez-vous, l'OM s'est incliné sur le terrain de l'Olympiacos ce mercredi soir, pour son grand retour en Ligue des champions (1-0).

Les amoureux de l’OM ont attendu sept longues années avant de retrouver leur club en Ligue des champions. Ils devront patienter une semaine de plus, au moins, pour le voir y faire bonne figure… Pour son grand retour en C1, Marseille a en effet été battu ce mercredi soir par l'Olympiacos (1-0). Et plutôt logiquement.

Certes, l'OM aurait pu s'en tirer avec un nul, si ce diable de Mathieu Valbuena n'avait pas profité d'une erreur de Jordan Amavi pour délivrer un centre parfait en direction d'Ahmed Hassan dans le temps additionnel (90e+1). Et il aurait même pu prendre les devants dans la partie avec un numéro 9 digne des joutes continentales. Mais à dire vrai, il a bu le bouillon toute la seconde période, et aurait aussi pu craquer plus tôt... 

>>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport et profiter de la Ligue des champions

Un 4-4-3 amorphe, et un Benedetto catastrophique

Comment expliquer le manque de vigueur de l’OM? Les pistes sont multiples. Vu le premier quart d’heure à sens unique (comprendre dans le sens grec), les jambes marseillaises ont peut-être tremblé un peu quand la douce musique de la Ligue des champions a retenti… Il se peut aussi qu’André Villas-Boas, après avoir battu Bordeaux avec un séduisant 4-4-2 losange, n’ait pas été très inspiré en reconduisant son 4-3-3 fétiche avec un Sanson et un Rongier pas assez tranchants, et un Payet à court de forme.

Peut-être, enfin, qu’il a manqué du talent individuel aux Olympiens… On pense à Hiroki Sakai, qui n’a pas été capable de faire un seul débordement dangereux dans son couloir droit, et qui a été triplement fautif sur le but grec refusé par le VAR en seconde période, mais surtout à Dario Benedetto.

Il y a un an de cela, les Marseillais espéraient enfin avoir trouvé un avant-centre efficace, ou du moins malin et impliqué. Ils peuvent désormais être inquiets. Globalement médiocre depuis le début de la saison, l'Argentin n'a pas été capable d'élever son niveau de jeu à Athènes. Il n'a pas fait les bons appels, a eu énormément de déchet sur ses rares ballons, et a en plus loupé un face-à-face avec José Sa en tout début de seconde période (46e), qui aurait pu (dû) permettre à l'OM de faire la course en tête.

Première réussie pour Gueye, Mandanda toujours aussi solide

Attention, tout n'a pas été noir non plus. Jordan Amavi a dans un premier temps confirmé sa récente bonne forme, avec quelques précieux retours défensifs et un super centre pour Thauvin qui aurait pu être décisif (32e). Malheureusement, il est directement impliqué sur le but grec. Le jeune Pape Gueye, préféré à Kevin Strootman pour remplacer Boubacar Kamara à la récupération, n'a lui pas eu à rougir de sa première européenne, et a rappelé qu'il n'est pas qu'un joueur athlétique.

Et que dire de la performance de Steve Mandanda? Alors que l'Olympiacos s'est mis à asphyxier l'OM après le loupé de Benedetto, Il Fenomeno a sorti les arrêts qu'il fallait devant Valbuena (52e, 71e) et sa bande. L'international français n'avait pas gardé un très bon souvenir du zéro pointé de 2013, et aurait mérité, à lui seul, de débloquer le compteur phocéen cette année. Mais quand le meilleur joueur de votre équipe évolue dans les cages, ce n'est jamais bon signe...

CC