RMC Sport

Porto-OM: les supporters ont "honte" après le fiasco

La lourde défaite de l'OM à Porto (3-0) mardi en Ligue des champions a provoqué la colère des South Winners, l'un des principaux groupes de supporters marseillais.

Loin du stade, les fans de l'OM ont vécu un calvaire mardi soir en suivant la nouvelle défaite de leur équipe en Ligue des champions, à Porto (3-0). Trop, c'est trop pour les South Winners, l'un des principaux groupes de supporters du club. Quelques heures après le match, ils ont publié un communiqué sobrement intitulé "La honte...".

"Que dire... ? Les mots manquent pour décrire ce que nous avons enduré à l'occasion de cette troisième journée de Champions League, balance le texte. Une insulte au football, à l'institution OM, à nos 120 ans d'histoires, à nos couleurs, à tout le peuple marseillais. Mais ce fiasco était malheureusement prévisible et attendu."

"Nos starlettes se cachent"

"Il faut croire que tous nos détracteurs ont raison de dire que nous ne sommes pas invités dans cette compétition vu l'engagement de nos joueurs; la marche est définitivement trop haute quand on propose de telles prestations plus catastrophiques et affligeantes les unes que les autres."

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Les South Winners rejoignent André-Villas Boas sur le manque d'envie et de qualités techniques des joueurs, qu'ils épinglent sèchement. "Nos starlettes se cachent, on les entend dans la presse, sur les réseaux sociaux mais on ne les voit pas sur le rectangle de la vérité. Nous ne voulons plus de vos excuses après les défaites, tout ce cirque médiatique sonne faux."

Des gros tacles à McCourt et Eyraud

Le groupe regrette que ce rêve, censé apporté du réconfort en cette période de crise, se transforme en cauchemar et en "honte historique" avec ce record égalé de douze défaites consécutives dans la compétition. 

Il adresse aussi un gros tacle à l'actionnaire majoritaire, Frank McCourt "très peu concerné avec son projet raté et ses choix douteux", mais aussi à la direction "qui a montré toute l'étendue de son incompétence flagrante". Un tacle glissé vers le président Jacques-Henri Eyraud. "La réalité est sans appel: finances catastrophiques, faible investissement mal utilisé et dilapidé. Des salaires de stars offerts à des joueurs qui n'en sont pas.....et voici que nous sommes revenus dans les mêmes conditions qu'à la fin de l'ère Dreyfus. Si vous n'avez ni la stature, ni les moyens, ni les ambitions, partez et vendez."

NC