RMC Sport

PSG-Atalanta: malgré les blessures, Paris reste optimiste mais estime ne pas avoir été aidé

A quelques jours de son quart de finale de Ligue des champions contre l'Atalanta Bergame, le PSG fait fi des indisponibilités qui s'accumulent et de ses récentes prestations peu abouties. Le club de la capitale affiche un certain optimisme... tout en regrettant certains choix qui expliqueraient, à ses yeux, quelques-uns de ses soucis actuels, notamment sa longue liste de blessés.

Une dernière toute petite victoire contre Sochaux en guise d'ultime préparation pour le Final 8 de la Ligue des champions. Paris a battu les Lionceaux ce mercredi en amical (1-0) mais a encore déploré, en marge de ce match, un coup dur avec la blessure à l'entraînement de Marco Verratti, désormais très incertain pour le rendez-vous européen. Et pourtant, Paris se veut optimiste.

Paris regrette... l'arrêt de la Ligue 1

Dans les coulisses du club, on assure que le groupe est toujours aussi soudé et déterminé à aller loin en C1. Et ces blessures qui s'accumulent? Il faut les accepter... même si Paris estime que rien n'a été fait pour l'aider à combler son important retard physique, lié à l'arrêt de la Ligue 1 pour cause de coronavirus. Le PSG dit mal saisir l'enchaînement de l'arrêt du championnat, d'une reprise tardive des entraînements et de ces deux finales de coupes jouées fin juillet avant la Ligue des champions. Autant de choix qui auraient pu avoir un impact sur les blessures successives des Parisiens.

En outre, le PSG souhaiterait plus de considération pour ce qu'il a réussi cette saison - encore avec un quadruplé (Trophée des champions, Championnat, Coupe de France et Coupe de la Ligue) - et pense que les trophées nationaux devraient être plus respectés. Une manière aussi de positiver et de faire retomber la pression avant le rendez-vous contre l'Atalanta. D'ailleurs, le départ programmé samedi à Faro au Portugal s'inscrit dans une volonté de couper avec le contexte récent et de réunir le groupe pendant quelques jours, avant le défi européen.

N.B avec L.Tanzi