RMC Sport

PSG-Basaksehir: SOS Racisme "s'inquiète" des conclusions du rapport de l'UEFA

Le rapport d'enquête de l'UEFA sur l'incident du PSG-Basaksehir en Ligue des champions réfuterait toute connotation raciste dans les propos tenus par deux des arbitres roumains. Ces conclusions, qui n'ont pas été officialisées, sont remises en cause par SOS Racisme, qui exprime sa préoccupation dans un communiqué.

"Surpris par cette décision simpliste", SOS Racisme et Sportitude France "s'inquiètent" des supposées conclusions de l'enquête de l'UEFA sur l'incident survenu au cours du match de Ligue des champions PSG-Basaksehir (5-1) en décembre dernier. Comme indiqué par L'Equipe, l'investigation - dont les résultats n'ont pas été officiellement communiqués pour le moment - a établi que les deux arbitres soupçonnés d'avoir tenu des propos racistes à l'encontre de Pierre Achille Webo n'avaient en fait pas fauté.

"Il est important de bien comprendre qu'on ne désigne pas un individu, verbalement ou physiquement, par son origine ou sa couleur de peau", écrit SOS Racisme, dans un communiqué diffusé vendredi. Pour l'association, un non-lieu ne serait autre qu'un "déni du racisme dans le football".

"Au-delà de la responsabilité individuelle de l'arbitre concerné, cet incident et la réaction sans précédent des joueurs ont révélé un problème lancinant et récurrent dans le football", poursuit SOS Racisme, qui dit ne pas pouvoir envisager que l'UEFA prennne "une décision contraire à cet élan". Le communiqué se conclut ainsi: "Nous osons croire que la décision qui sera rendue par la commission de discipline dans les prochains jours sera à la hauteur de la prise de conscience mondiale qu'a généré cette affaire".

>> Abonnez-vous aux offres exclusives RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Les conclusions restent à confirmer

À la 13e minute de ce match comptant pour la phase de poules de la C1, au Parc des Princes, Pierre Achille Webo, entraîneur adjoint du club turc, s'était indigné d'avoir été désigné par un des arbitres comme "le noir" en roumain ("negru"). "Pourquoi vous dites negro?", s'était alors exclamé le Camerounais, avant que les joueurs des deux équipes ne se décident à quitter la pelouse. Sebastian Coltescu, le quatrième arbitre, avait été accusé dans un premier temps. Mais des analyses ultérieures des enregistrements ont ensuite déplacé les soupçons vers l'assistant Octavian Sovre.

En dépit des informations parues dans les médias, le dénouement de cette controverse reste à confirmer. L'UEFA a pour le moment officiellement maintenu ses poursuites disciplinaires vis-à-vis de Sebastian Coltescu et d'Octavian Sovre. Ils sont sous le coup d'une violation potentielle de l'article 11 du règlement, qui fixe les "principes généraux de conduite" et interdit notamment les injures.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport