RMC Sport

PSG-Bruges: l’entraîneur belge explique la difficulté de défendre sur Mbappé

Philippe Clement, l’entraîneur de Bruges, n’a pas oublié que son équipe a posé des problèmes à Paris pendant une heure à l’aller, jusqu’à l’entrée de Kylian Mbappé. Il espère que ses joueurs auront appris des erreurs commises pour ne pas les reproduire ce mercredi (21h sur RMC Sport) au Parc des Princes, pour la quatrième journée de la Ligue des champions.

Thomas Meunier dit de lui qu’il est l’avenir de la Belgique au poste d’entraîneur. Philippe Clement réalise du très bon travail à Bruges, c'est incontestable. Mais c’est une équation quasiment insoluble qui va se présenter à lui mercredi, au Parc des Princes. Les Parisiens sont difficiles à manoeuvrer dans leur stade, surtout quand ils sont, à peu de choses près, au complet. Si les hommes au maillot blauw en zwart avaient embêté les joueurs du Paris Saint-Germain pendant plus d’une heure à l’aller, l’entrée en jeu de Kylian Mbappé avait tout changé (5-0). Avec un triplé et une passe décisive, l’attaquant international avait annihilé toute velléité de révolte. Sa présence annoncée sur la pelouse au coup d’envoi a forcément influé sur les choix du coach adverse.

Clement craint le PSG

"Tous les clubs qui affrontent le Paris Saint-Germain tentent d’échafauder un plan anti-Mbappé, mais c’est très difficile, a reconnu Clement. Car il est très rapide, on ne peut pas faire de marquage individuel sur lui. On doit le faire tous ensemble, mais également rester concentré sur le reste de l’équipe du PSG. Il y a beaucoup de joueurs avec de grandes qualités individuelles au Paris Saint-Germain. Nous devons jouer un grand match sur le plan collectif." Bruges va-t-il renier son identité et renoncer à son style de football le temps d’une soirée, pour embêter les Parisiens?

"Nous avons appris la leçon"

"Oui, on peut le faire, a averti l’entraîneur Philippe Clement. On l’a fait contre le Real Madrid. C’est possible, mais tu dois mettre beaucoup d’engagement et de concentration dans tout ce que tu fais. Or, nous avons manqué un peu de tout cela à l’aller sur quelques séquences. Ce n’était pas vraiment nous dans l’engagement et les duels dans les trente dernières minutes de ce match. Nous avons appris la leçon. C’est une équipe de très haut niveau en face, on se doit de donner le maximum tout le temps et pas seulement pendant soixante minutes." Paris est prévenu. Bruges ne se présente pas à Paris en victime expiatoire. Son entraîneur a une petite idée derrière la tête. 

RMC Sport