RMC Sport

PSG-Bruges: pourquoi Tuchel a installé Marquinhos au milieu

Le PSG accueille le FC Bruges, ce mercredi au Parc des Princes, lors de la quatrième journée de la Ligue des champions (21h, en exclusivité sur RMC Sport 1). Un match que Marquinhos va une nouvelle fois débuter en tant que milieu défensif. Un rôle dans lequel Thomas Tuchel semble l’avoir définitivement installé.

Parce qu’il a su faire évoluer son jeu

Marquinhos n’a que 25 ans. Mais il donne l’impression d’être un vieux briscard au PSG. Alors qu’il dispute sa septième saison sous le maillot rouge et bleu, le Brésilien fait partie des tauliers du vestiaire. Il en est même le vice-capitaine derrière Thiago Silva. Un statut qu’il a gagné sur le terrain. Avec patience, hargne et talent. En s’imposant au sein de la charnière centrale, son secteur de prédilection. Là, où il a été formé et où il a explosé à l’AS Rome. Mais Thomas Tuchel a choisi de modifier son destin la saison dernière. Privé d’un milieu défensif de métier, le coach allemand s'est retrouvé contraint de bricoler. Alors il a fait monter son guerrier d’un cran.

Et après quelques tâtonnements, le défenseur central de métier, d’abord réticent, a vite apprivoisé son nouvel environnement. "Tuchel a réussi faire changer ma mentalité. J’ai fini par ressentir les choses autrement", explique l’intéressé dans le dernier numéro du magazine du club. Au point de devenir incontournable dans ses nouvelles fonctions. Aujourd’hui, Marquinhos enchaîne les performances de haut niveau en tant que sentinelle. Un rôle qu’il occupera à nouveau face au FC Bruges, ce mercredi au Parc des Princes, lors de la quatrième journée de la Ligue des champions (21h, en exclusivité sur RMC Sport).

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour voir PSG-Bruges et tous les matchs de la Ligue des champions

Parce qu’il protège sa défense

C’est évidemment son gros point fort lorsqu’il évolue en n°6. En tant que central de formation, Marquinhos possède une rigueur tactique naturelle. Une fois qu’il a délimité son champ d’action, le Brésilien s’y tient. Et ne s’éparpille pas aux quatre coins du terrain. Une discipline précieuse pour un milieu défensif. Surtout au PSG, où les artistes de devant ne font pas toujours des efforts de replis incroyables.

Fort de son expérience un cran plus bas, le n°5 des Rouge et Bleu sait défendre proprement. Il ne se jette pas par terre pour rien et ne se laisse pas facilement dribbler. En un-contre-un, c’est un sérieux client. Avec un élément aussi solide à ce poste clé, le bloc parisien est nettement plus difficile à déstabiliser. Ses partenaires de la défense se retrouvent beaucoup moins exposés et peuvent compter sur lui pour colmater les brèches. 

Parce qu’il est complémentaire avec les autres milieux

C’est aussi une donnée importante. Si riche soit-il, l’effectif du PSG ne compte aucun milieu "costaud" en son sein. Un joueur capable de bouger ses adversaires physiquement et de mettre de l’impact dans chaque duel. Idrissa Gueye est un excellent râtisseur de ballons, mais il fait dix centimètres de moins que Marquinhos (1,74m contre 1,83m). Et face à des adversaires de grande taille, ça fait une différence. Le fait de placer "Marqui" en sentinelle permet donc à Tuchel d’utiliser Gueye en relayeur. Un rôle qui convient parfaitement aux qualités du marathonien sénégalais, capable de casser les lignes via une passe rapide ou une percée balle au pied.

Lorsqu’ils sont alignés ensemble, ce qui est le cas dans les grandes affiches, ces deux-là permettent à Marco Verrati d’avoir moins de travail défensif à effectuer. L’Italien, très perfectible dans ce domaine, peut donc se concentrer sur ses qualités de "regista". Et amener le danger près de la surface adverse. Un trio complémentaire qui peut être complété par la grinta d'Ander Herrera.

Parce que Paris a suffisamment de défenseurs centraux

Il faut pouvoir se permettre de se passer de Marquinhos en défense centrale. Mais le PSG a ce privilège cette saison. A la tête d’un groupe étoffé, Tuchel peut aligner une charnière de haut niveau même sans lui. Au côté de l’indéboulonnable Thiago Silva, qui est au top de sa forme à 35 ans, l’ancien entraîneur de Dortmund a le choix entre Presnel Kimpembe et Abdou Diallo. Voire Thilo Kehrer, si ce dernier parvient à se débarrasser de ses problèmes à la voûte plantaire.

Après une saison post-Coupe du monde difficile, Kimpembe (24 ans) a retrouvé un niveau intéressant. Et Diallo (23 ans) a le potentiel pour monter en puissance. Avec potentiellement quatre joueurs pour deux places, le secteur est assez fourni pour se permettre de laisser "Marqui" s’installer au milieu. D’autant que sa dernière sortie en charnière s’est soldée par une triste défaite à Dijon, vendredi dernier en Ligue 1 (2-1), lors de laquelle le joueur de la Seleçao est apparu en difficulté.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur