RMC Sport

PSG-Leipzig: des incidents à Marseille entre supporters parisiens et de l'OM

La qualification du PSG pour la finale de la Ligue des champions a donné lieu à des incidents mardi soir à Marseille. Dans le quartier du Vieux Port, plusieurs dizaines de supporters de l’OM s’en sont pris à des fans parisiens. Dans une ambiance tendue. Un homme a été interpellé pour violences.

La qualification du PSG pour sa première finale de Ligue des champions a entraîné des scènes de liesse, mardi soir, dans toute la capitale. Du Parc des Princes aux Champs Elysées, où quelques dégâts ont toutefois été causés. Et plus largement dans toute l’Île-de-France, où la victoire face à Leipzig (3-0) a été célébrée sans retenue. Mais à 800km de là, l’ambiance a été nettement moins festive à Marseille. La performance historique de la bande à Neymar a déclenché des incidents dans le quartier du Vieux Port.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour voir la première finale de Ligue des champions du PSG

Selon L’Équipe, une cinquantaine d’ultras marseillais a fait le tour des pubs du secteur pour débrancher les télévisions qui diffusaient le match et menacer les supporters parisiens présents (locaux et vacanciers). Au coup de sifflet final, un début de rixe a éclaté devant un bar lorsqu’un fan est sorti avec un maillot du PSG sur le dos. Les videurs ont dû intervenir pour rétablir le calme.

Des scènes d’intimidation et des course-poursuites

Mais les tensions se sont poursuivies durant une bonne partie de la soirée, avec un déploiement massif des forces de l’ordre. D’après La Provence, un groupe d’une centaine de Marseillais a sillonné les environs en entonnant des chants hostiles à la capitale, avec jets de pétards et fumigènes.

Certains ont pris à partie des Parisiens ou des gens identifiés comme tels. Un individu aurait été interpellé et placé en garde à vue pour des faits de violences sur une personne portant un maillot du PSG. Malgré ces scènes d’intimidation et quelques course-poursuites dans les rues de la ville, aucun incident grave ne serait à déplorer.

AJ