RMC Sport

PSG-Man.City: Blanc "se fout" d’être favori

A la veille du quart de finale aller entre le PSG et Manchester City, ce mercredi au Parc des Princes (20h45), Laurent Blanc a refusé l’étiquette de favori. L’entraîneur parisien se méfie du trop-plein de confiance qui entoure son équipe.

C’est un Laurent Blanc serein qui s’est présenté face à la presse, ce mardi, à la veille du quart de finale aller de la Ligue des champions entre le PSG et Manchester City. Serein… sauf lorsqu’un journaliste lui a demandé s’il se sentait dans la peau du favori. Là, le coach parisien s’est montré un peu plus sec. « Favori ? Je m’en fous, a-t-il lâché. C’est vous qui le dites. A ce niveau-là sincèrement, que ce soit contre Chelsea ou City, le plus logique est de dire que les deux équipes ont leur chance. »

Contrairement à ses précédents quarts de finale disputés lors des trois dernières saisons, face à Chelsea et deux fois contre le Barça, le PSG partira pourtant avec la faveur des pronostics. Mais là encore, Blanc tempère l’optimisme ambiant : « L’expérience accumulée peut peut-être jouer. Lors du tirage, nous y compris, tout le monde était content d’éviter les deux ogres du foot européen que sont le Barça et le Bayern, auxquels on peut ajouter le Real. Mais le tirage n’est surtout pas facile. J’ai tenu un discours aux joueurs en disant qu’il ne faut pas écouter ces gens-là, qui ne connaissent rien au football. On rencontre un grand club européen. » 

Blanc : « Le jeu de Manchester City ne nous convient pas »

Pour étayer son propos, Blanc a expliqué que contrairement à Chelsea, adepte des contre-attaques, Manchester City possède une philosophie de jeu qui peut vraiment gêner son équipe. « Le jeu de Manchester City ne nous convient pas. Ils ont la même philosophie que nous, analyse le coach parisien. Eux aussi veulent avoir le contrôle du ballon. Ça va donc être une grosse bataille pour avoir la possession de balle et mettre l’adversaire dans un schéma de jeu auquel il n’est pas habitué. Ce sera la clé du match. Ce sera un gros match, avec une grosse intensité. Il faudra être très performant dans le cœur du jeu et en défense. »

Et visiblement, le discours du coach parisien a été parfaitement assimilé par ses joueurs. « Dans un match comme ça, c’est très dangereux d’être trop optimiste, déclare ainsi Maxwell. On a la confiance, l’ambition, mais on a beaucoup de respect pour City. On est conscients qu’ils sont capables de nous battre comme on est conscients qu’on est capable de passer. »