RMC Sport

Real-Ajax: pourquoi Tadic n’a pas explosé plus tôt dans sa carrière

Dusan Tadic a ébloui l’Europe du football, mardi, lors du 8e de finale retour de la Ligue des champions entre le Real Madrid et l’Ajax Amsterdam (1-4). Déjà âgé de 30 ans, le Serbe explose enfin après une carrière passée dans un relatif anonymat au regard du match qu’il a livré.

L’espace d’un geste et de 90 minutes soyeuses, le public de Santiago-Bernabeu a peut-être cru revoir le Zinedine Zidane joueur qui l’a comblé pendant cinq saisons (2001-06). Ce n’était qu’un mirage puisque le n°10 portait le maillot de l’équipe adverse, celui de l’Ajax Amsterdam. Passeur décisif, buteur, auteur de gestes somptueux comme cette roulette zidanesque, Dusan Tadic a ébloui l’Europe du football, mardi lors de la claque infligée par l’Ajax au Real (1-4) en 8e de finale de la Ligue des champions.

>> Pour suivre la Ligue des champions, cliquez ici pour vous abonner aux offres RMC Sport

Couvert d’éloge, le Serbe n’est pourtant pas un novice puisqu’il a 30 ans. Mais il reste un relatif inconnu au regard de son talent et de la copie rendue sur le terrain du triple champion d’Europe en titre. Joueur technique et plaque tournante de la Serbie, qu’il a grandement contribué à qualifier pour la dernière Coupe du monde, Tadic a passé sa carrière à l’écart des grosses cylindrées européennes. C’est finalement dans un pays qu’il connaît bien que l’ancien joueur de Vojvodina Novi Sad explose à la face du monde.

Recruté en 2010 par le FC Groningue, le joueur est vite devenu une valeur sûre du championnat en portant son équipe vers la 5e place à base de caviars en tous genres, qui l’avaient déjà situé dans le top 20 des meilleurs passeurs européens en 2010-11. Il avait récidivé à Twente (2012-14, 32 buts en deux saisons). Entraîneur du Feyenoord Rotterdam (2011-14) durant cette période, Ronald Koeman avait coché son nom en premier sur la liste des joueurs à recruter lorsqu’il avait pris les rênes de Southampton en 2014. Les dirigeants des Saints avaient accédé à sa demande (contre 14 millions d’euros) et Tadic avait rejoint la Premier League à 25 ans.

Cela aurait pu être une étape vers des cieux plus élevés. Il avait rejoint une équipe contrainte se reconstruire chaque été en raison de la fuite de ses talents. Dans le Sud de l’Angleterre, il a collecté des stats correctes avec Koeman (4 buts, 7 passes en 2014-15, 7 buts, 12 passes en 2015-16) au sein d’une équipe talentueuse qui avait fait trembler les cadors le temps de deux saisons (7e en 2014-15, 6e en 2015-16, à 3 pts de la 4e place et de la Ligue des champions). Ce fut le temps des premières rumeurs de transfert. Il était finalement resté, retenu par le club qui avait fermé le robinet des départs après ceux de Sadio Mané, Graziano Pellè ou Victor Wanyama à l’été 2016.

Puel en était fan...

Arrivé sur le banc cet été-là, Claude Puel avait fait de Tadic l’un de ses incontournables. Plutôt avare en compliments, le manager français a souvent loué sa science du jeu. "C’est le joueur le plus important de l’équipe, avait rapidement confié le technicien français. Sa relation avec Redmond et Austin est brillante. Si ces joueurs, notamment Austin, sont décisifs, c’est grâce à Tadic".

... avant que les deux hommes ne se brouillent

La première saison avec Puel (2016-17) avait été fructueuse et Southampton, en dépit d’un jeu jugé peu emballant, avait atteint la finale de League Cup (perdue face à Manchester United) et terminé 8e de Premier League. La suite fut compliquée et la relation entre les deux hommes s’est détériorée, Tadic reprochant à Puel de lui avoir manqué de respect en le remplaçant lors d’un match contre Tottenham en 2017. "C’est incroyable que je sois remplacé et que nous ayons perdu, avait lâché le Serbe. Vous pouvez voir statistiquement que nous avons concédé des occasions et perdu quand je suis sorti. Je ne pense pas que cela démontre beaucoup de respect pour moi."

L'Ajax lui a déroulé le tapis rouge

L’été suivant, Puel était parti mais l’instabilité au poste d’entraîneur (Pellegrino, Hughes) et la baisse des résultats du club, en lutte pour le maintien après avoir joué le haut de tableau, avaient un peu fait baisser sa cote. Mais pas auprès de l’Ajax Amsterdam. En déboursant 11,7 millions d’euros l’été dernier, le club néerlandais a tenté un pari très vite réussi.

Il faut dire que le club, peu réputé pour faire chauffer le carnet de chèques sur le marché des transferts, lui a déroulé le tapis rouge avec un salaire conséquent, un contrat longue durée (4 ans) et un n°10 attribué sans avoir consulté son précédent détenteur Hakim Ziyech. Dès son retour dans un pays où il avait déjà brillé, Tadic a frappé fort en participant largement à qualifier le club pour la phase de poule de la C1 pour la première fois depuis 2014. Six mois plus tard, Tadic affiche des statistiques impressionnantes (26 buts, 15 passes décisives toutes compétitions confondues). Et vient d’éliminer le grand Real.

Nicolas Couet