RMC Sport

Riolo : "Monaco avance doucement…"

-

- - -

Retour sur le match nul de Monaco devant Benfica…

Après le tout petit match du PSG, on avait envie de bouger du fauteuil avec Monaco. On a malheureusement continué à s’enfoncer dedans, en résistant à l’envie de fermer un œil. Pour rester alerte, il fallait passer de Bein 1 à Bein 2. Anfield, le maillot rouge, ça marche toujours. Effet garanti. Avec le Real en face, il y avait de quoi ne plus revenir à Louis II.

J’ai beaucoup pensé que le Real n’allait pas jouer sans 6 dans les gros matchs. Mais c’est quoi un gros match pour le Real ? Samedi face au Barça ? Plus tard en Ligue des champions ? Parce que face aux Reds, Ancelotti aligne à nouveau son milieu, Modric/Kroos/James. Et c’est impressionnant. Un récital technique. Quand il était en France, Ancelotti était paraît-il un adepte du catenaccio. Nos experts étaient clairs à ce sujet. Il a dû tomber sur la tête alors. A moins que nos experts aient raconté n’importe quoi, mais j’ose à peine y croire.

L’idée de l’impact physique nécessaire dans les gros matchs à encore du sens, mais en alignant ce 11 là, le Real a aussi du répondant physique. Kroos, Modric, Isco (souvent 4e milieu) ne rechignent pas au travail défensif. Et comme ils ont très souvent le ballon, la question, n’est pas si capitale.

Liverpool n’a donc jamais existé dans ce match. Dominé partout, spectateur de la démonstration. A côté du Bayern étincelant à Rome la veille, ce Real est évidemment l’autre monstre de la compétition.

Et à Louis II donc ? Un match équilibré. Benfica joue moins bien que les saisons précédentes, en tout cas sur ce match, je ne vois pas le 11 de Jesus, habituellement offensif et brillant techniquement.

En perdant vite Berbatov, Monaco se retrouve vite avec une équipe coupée en 2. Expérience et justesse derrière. Jeunesse et maladresse devant. Monaco pense surtout à ne pas trop se livrer. La tactique est plutôt prudente. Encore une fois, c’est Moutinho qui est chargé d’animer le jeu. Mais comme on l’a dit souvent (Jardim l’a même confirmé dans une ITW récente), ce n’est pas un meneur de jeu. Mais un adjoint. Un 6/8. Un joueur indispensable à l’ASM, intelligent, mais pas un joueur décisif offensivement. Le souci de la liaison milieu/attaque reste donc réel à l’ASM.

Le jeu de patience de Monaco semble pouvoir porter ses fruits quand Benfica se retrouve à 10. Il reste alors 15 minutes. Jardim fait un choix offensif. Jesus répond à l’inverse. Le 0/0 lui va désormais très bien.

Monaco pousse, mais le problème reste le même. Ça manque de qualité devant. C’est souvent brouillon, jeune, tendre. On a donc eu droit à un 0/0 globalement plutôt chiant. Ça n’élimine personne et ça laisse les deux équipes en course. 

Daniel Riolo