RMC Sport

Riolo : "Un tout petit PSG…"

-

- - -

Retour sur la victoire du PSG à Nicosie en Ligue des champions…

Trois semaines après la belle victoire face au Barça, on attendait, on espérait revoir le même PSG. Ce match de LDC est la seule référence, le seul bon match des Parisiens cette année.

A Nicosie, on voulait donc voir un bon PSG. Un PSG assurant sa première place en tête du groupe.

Quasi au complet (sans Ibra), le PSG a pourtant livré une première période insipide. Rien dans la création, rien dans l’animation offensive. Je pensais quand même que Paris aurait le ballon, ferait le jeu. Mais non. C’est équilibré. Nicosie défend bien, mais pas seulement. Ça sort proprement le ballon et ça attaque sans crainte.

Pendant qu’on regarde d’un œil le Bayern mettre une grosse raclée à la Roma, on s’ennuie, une nouvelle fois, devant le PSG. C’est lent, sans impact, ça n’avance pas.

Il paraît que cette équipe Chypriote est dure à jouer, que le Barça a eu du mal aussi. Ok très bien. Il faut donc être indulgent. Toujours. En Europa League, en L1, média et supporters en général veulent de l’indulgence avec notre foot. Sinon ça devient du « bashing ». C’est l’expression à la mode. Vous critiquez, on vous balance ça dans la tronche comme pour dire « stop, terminé, on doit être gentil ». C’est la mode du « take care ». Indulgence, goût pour la médiocrité. A quoi bon l’exigence ?

Dans cette première période, on a vu un PSG faire reposer son jeu sur Pastore, comme souvent depuis le début de saison. C’est lui le lien entre attaque et milieu. Il est libre, comme un 10. Mais si autour de lui, ça bouge mal, ça devient compliqué. Et puis son déchet fut bien trop important.

A 0/0 à la pause, le PSG est dans les clous pour gagner la rencontre après tout. A Rome, un Bayern incroyable en colle 5. On dit bravo à ce Bayern en démonstration où c’est trop ? Pourquoi en faire autant ? Pourquoi autant d’exigence ?

La seconde période ne propose rien de mieux. C’est Nicosie qui se crée les meilleures situations. David Luiz sauve deux fois sur sa ligne en catastrophe. C’est pas beau à voir. Le jeu du PSG ne ressemble à rien. Le trio du milieu est dépassé. Cette équipe a battu le Barça, l’un des plus grand exploit du foot français ! Oui on nous a vendu ça. C’est l’analyse officielle. Ce 2e match de poule perd peu à peu tout son sens.

Quand un attaquant avance, le soutien n’est pas là. Physiquement les Parisiens n’ont pas de jus. Jusqu’à quand vont-ils payer le manque de préparation ?

A 20 minute de la fin, Blanc change. Cabaye remplace Pastore et Bahebeck prend la place de Verratti. Blanc fait des changements. Mais ça ne change rien. Ce PSG est sans vie, il bouge à peine. Ça joue arrêté. Le PSG est comme anesthésié. Il ressemble à son entraîneur.

C’est Nicosie qui termine mieux. Paris s’en tire presque bien avec le 0/0. On se demande même si ne pas perdre ne devient pas l’objectif.

A 5 minutes de la fin, sur une action anodine, Cavani s’arrache pour marquer. C’est un braquage, mais ce PSG là doit se contenter de ça. Il ne peut visiblement rien proposer de mieux…