RMC Sport

Ronaldo, Modric, Digne: les tops et les flops de Real-Roma

Cristiano Ronaldo

Cristiano Ronaldo - AFP

Le Real Madrid n’a pas eu besoin de forcer pour assurer sa place en quarts de finale de Ligue des champions contre la Roma. Comme à l’aller à l’Olimpico, les hommes de Zidane se sont imposés 2-0, mardi au Bernabeu. Modric et Ronaldo ont porté les Madrilènes alors que Salah et Szczesny, bien trop seuls, n’ont pas pu inverser la tendance côté romain.

LES TOPS

Luka Modric

Football Leaks a révélé cette semaine que la clause libératoire inscrite sur son contrat à Madrid s’élevait à… 500 millions d’euros. Le Croate a encore démontré pourquoi. Son activité dans l’entrejeu a été époustouflante. Il a été la rampe de lancement principale des attaques madrilènes en cassant les lignes par ses dribbles, à l’instar d’un beau grand pont sur Pjanic (34e) ou par ses passes en profondeur d’une précision redoutable. Le meilleur Madrilène sur le terrain, c’était lui, avec des choix constamment pertinents et une variation redoutable dans son jeu. Il aurait pu débloquer le score à la 21e minute, mais Szczesny a repoussé sa lourde frappe des 30 mètres. Il a retenté sa chance à la 25e minute mais a manqué le cadre. Comme un symbole de son récital, il a été à l’origine de l’ouverture du score de Ronaldo, en décalant parfaitement Vazquez (64e). Sorti sous l’ovation du Bernabeu à la 75e minute.

Cristiano Ronaldo

Non, il n’a pas inscrit un quadruplé comme face au Celta Vigo le week-end dernier. Mais le Portugais a encore marqué, son 13e but en C1 cette saison, le 40e toutes compétitions confondues. Assez avare en effort durant la première mi-temps, il a toutefois conservé son génie à chaque accélération. Szczesny a bloqué trois de ses tentatives (31e, 34e, 53e) mais CR7 a fini par faire la différence. Il a trompé le portier polonais en coupant à bout portant un centre tendu de Vazquez (64e), pour l’ouverture du score. Il s’est ensuite mué en passeur décisif sur le second but, percutant côté gauche avant de servir à l’aveugle James Rodriguez (68e). S’il a manqué le cadre à bout portant (70e), Ronaldo avait déjà assuré l’essentiel. Sans resplendir, Ronaldo a encore été au niveau.

Lucas Vazquez

Entré à la place de Bale à la 61e minute, Lucas Vazquez a fait une demi-heure de feu follet. Trois minutes après son apparition, ses passements de jambes et son centre parfait ont permis à Ronaldo de trouver la faille. Il aurait pu s’offrir une deuxième passe décisive, si ce même Ronaldo n’avait pas manqué un but tout fait à la 70e. Ses appuis courts et sa vitesse d’exécution ont donné un second souffle au Real, qui en manquait à cet instant de la rencontre.

Mohamed Salah

Déjà seul poison de la Roma au match aller, Mohamed Salah a récidivé au Bernabeu. L’Egyptien, auteur d’un doublé contre la Fiorentina vendredi dernier (4-1), a encore guidé l’attaque de la Roma. Il a fait peser une menace constante par ses appels dans le dos de la défense et sa vitesse sur le côté droit a mis à mal Marcelo et Ramos. Il a notamment effectué un déboulé superbe, avec deux contrôles de l’extérieur pour s’emmener le ballon, avant d’offrir un ballon en or à Dzeko, qui a manqué l’immanquable (14e). Après une nouvelle percussion impressionnante (25e), il a raté le cadre, dans un angle fermé côté droit, trouvant le petit filet extérieur de Navas, suite à un nouveau raid (28e). Il a ensuite trouvé les gants de Szczesny après avoir un bon appel au cœur de la surface et un service intelligent de Pjanic (42e). Le manque d’efficacité a été le seul péché de Salah, qui a encore manqué le cadre en bonne position (50e). Inépuisable, il était bien trop seul pour renverser un Real prenable, mais plus fort.

Wojciech Szczesny

Il a longtemps maintenu son équipe à flot, mais a fini par craquer. S’il n’est pas le gardien le plus coté de la planète, l’international polonais a livré une partie d’excellente facture. Pour évoquer ses interventions marquantes, on peut citer une horizontale sur un missile de Ronaldo (31e), une sortie superbe dans les pieds de ce même CR7 (34e), un réflexe sur une volée puissante de James (50e) ou encore un plongeon décisif sur un tir tendu de Ronaldo (53e). Mais la liste est bien plus longue. Saoulé de frappes, le Polonais a fini par être battu. Mais impossible de lui en tenir rigueur.

LES FLOPS

Lucas Digne

Au match aller, il avait été trop passif sur le deuxième but madrilène de Jesé. Cette fois, Lucas Digne s’est voulu plus agressif, mais toujours pas dans le bon tempo. Il aurait pu être averti pour une faute grossière sur Danilo (28e) et a souvent été à contretemps. Seul bonne nouvelle pour lui, il n’avait pas Cristiano Ronaldo sur son aile, sans quoi il aurait pu rapidement être ridiculisé. En souffrance sur le plan défensif, Digne n’a pas été plus séduisant offensivement. A l’image de sa précipitation sur un centre alors qu’il avait tout son temps (18e), l’ancien Parisien a été brouillon, alors qu’il aurait pu être un élément clé dans la volonté de contre-attaquer des Romains. Le premier but de Ronaldo est venu de son côté, où Vazquez a eu le temps de se régaler.

Edin Dzeko

Son raté improbable contre Palerme il y a deux semaines a fait le tour des bêtisiers footballistiques. Cette fois, l’occasion était moins nette pour le Bosnien, mais elle aurait pu renverser le cours du match pour la Roma. L’ancien buteur de Manchester City, d’ordinaire habile des deux pieds, a manqué l’ouverture du score, sur la gauche de la surface, sur une ouverture délicieuse de Salah (14e). Si l’Egyptien a également manqué de précision, il a eu le mérite de faire la différence constamment, alors que Dzeko a été invisible, malgré une bonne activité dans le jeu de déviation en début de rencontre.

Stephan El Shaarawy

En fusion depuis son arrivée à Rome cet hiver, avec cinq buts et une passe décisive lors de ses six matches disputés en Serie A, Stephan El Sharaawy est redevenu le temps d’une soirée le fantôme qu’il était sous le maillot de Monaco. Assez intéressant lors du match aller, le Pharaon est cette fois resté dans son sarcophage et ne s’est procuré aucune occasion. En retard sur tout, il a erré sans but jusqu’à son remplacement à un quart de la fin par Francesco Totti.

Nathan Gourdol