RMC Sport

Super League: l'UEFA suspend la procédure contre le Real, le Barça et la Juve

Dans un communiqué, l’UEFA annonce ce mercredi sa décision de suspendre "jusqu'à nouvel ordre" la procédure contre le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus, les trois derniers clubs à ne pas avoir renié le projet de Super League.

Du répit pour les mutins. Dans un communiqué publié ce mercredi, l’UEFA annonce sa décision de suspendre "jusqu'à nouvel ordre" la procédure contre le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus Turin, les trois derniers clubs à ne pas avoir renié le projet avorté de Super League.

L'instance européenne avait "ouvert une procédure disciplinaire" le 25 mai, menaçant de sanction les trois clubs pour une "potentielle violation du cadre légal de l'UEFA" alors que les neuf autres promoteurs de la Super League ont échappé à ces poursuites en échange de sanctions financières légères.

En annonçant dans la nuit du 18 au 19 avril le lancement à venir de leur propre tournoi privé, douze clubs avaient totalement chamboulé le football européen et menacé l'existence même de l'UEFA et de ses Coupes d’Europe. Le retrait progressif des six participants anglais, au bout de 48h, avait entraîné la mise en sommeil du projet. Loin de désarmer, le Real, le Barça et Juve avaient eux répliqué sur le terrain judiciaire.

L'UEFA s'est vu notifier une injonction

A leur demande, le Tribunal de commerce de Madrid avait décidé de saisir mi-mai la justice européenne pour savoir si l'UEFA abusait de sa "position dominante" en cherchant à bloquer ce tournoi concurrent. "L'ouverture d'une enquête disciplinaire par l'UEFA est donc incompréhensible. C'est une attaque directe contre la règle de droit que nous, en tant que citoyens de l'Union européenne, avons construit de manière démocratique", avaient réagi les trois clubs, tout en considérant que l'UEFA manquait "ainsi de respect envers les autorités judiciaires".

Ce lundi, l'UEFA s'est vu notifier une injonction prononcée fin avril par le tribunal de Madrid, qui avait interdit à l'organisation ainsi qu'à la Fifa de sévir contre ce potentiel projet tant que le conflit n'aurait pas été tranché sur le fond. L'UEFA a donc mis en pause ce volet disciplinaire en attendant l'issue des débats judiciaires, d'autant plus complexes que le tribunal de Madrid a saisi la Cour de justice européenne. "Après l'ouverture d'une procédure disciplinaire contre le FC Barcelone, la Juventus et le Real Madrid pour une potentielle violation du cadre légal de l'UEFA en lien avec la soi-disant "Super Ligue", la commission d'appel de l'UEFA a décidé de suspendre la procédure jusqu'à nouvel ordre", peut-on lire dans un communiqué.

L'enjeu, crucial pour la gouvernance du sport européen et le monopole revendiqué par les instances, est de savoir si l'UEFA "abuse de sa position dominante", donc enfreint le droit de la concurrence, en protégeant ainsi ses compétitions.

Des premières sanctions

Le mois dernier, l'UEFA a annoncé des sanctions, notamment financières, contre neuf des douze clubs (Arsenal, Milan, Chelsea, Atlético, Inter, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham) à l'origine du projet avorté. Ils ont accepté de renoncer à 5% de leurs revenus provenant des compétitions de l'UEFA pendant une saison et de verser, à eux tous, 15 millions d'euros pour soutenir le football local et les équipes de jeunes en Europe.

Ce mercredi, les six clubs anglais rebelles qui avaient rejoint la Super League ont par ailleurs conclu un accord financier avec la Premier League d'un montant total de 25 millions d'euros, selon la presse britannique. Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham s'étaient déclarés membres fondateurs, mais le projet avait rapidement capoté après une opposition générale. L'argent devrait aller à des projets locaux et communautaires.

RR avec AFP