RMC Sport

Super League: la FIFA et l'UEFA dans l'impossibilité de sanctionner les clubs dissidents?

Selon la Cadena SER, le ministère suisse de la Justice aurait informé la FIFA et l'UEFA de l'impossibilité de sanctionner le Real Madrid, le FC Barcelone ou la Juventus, clubs à l'origine du projet contreversé de Super League.

Une nouvelle victoire pour Florentino Perez, Andrea Agnelli et les clubs "dissidents"? Un mois et demi après le rocambolesque épisode de la Super League, lancée par quelques clubs historiques d'Europe, et tuée dans l'oeuf, la bataille continue en coulisses. Notamment entre les instances dirigeantes, à savoir la FIFA et l'UEFA, et les leaders du projet avorté, la Juventus, le Real Madrid et le FC Barcelone, qui n'ont semble-t-il pas renoncé à cette idée.

Remonté par cette tentative de putsch footballistique, le président de l'UEFA Aleksander Ceferin a depuis bombé le torse, et menacé à plusieurs reprises les clubs précédemment cités de lourdes sanctions. Mais en aura-t-il le droit? Pas sûr.

La Cour de justice de l'Union européenne a ouvert une procédure

Selon la radio espagnole Cadena SER, et son programme "Carrusel Deportivo", le ministère suisse de la Justice - où sont basées la FIFA et l'UEFA - aurait ainsi informé les deux instances de l'impossibilité, ou l'interdiction, de punir la Juve, le Real ou le Barça.

Ces dernières semaines, la justice espagnole s'était déjà prononcée en ce sens, puisque le tribunal de commerce de Madrid avait rendu une décision dans laquelle il interdisait lui aussi aux deux organisations d'appliquer des sanctions à l'égard des douze clubs sécessionnistes, au regard du droit européen qui permet la création de compétitions privées. Ce tribunal avait même saisi la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), qui a ouvert une procédure pour déterminer si l'UEFA ou la FIFA ont outrepassé leurs droits, et profité de leur position dominante.

C.C.