RMC Sport

Super League: le Real, le Barça et la Juve dénoncent "les pressions et menaces de l'UEFA"

Les trois clubs (Real, Barça, Juve) encore impliqués dans le projet Super League, déserté par la majorité, loin d'en avoir terminé avec leur ambition réformatrice, se disent révoltés par les menaces de l'UEFA, qui promettait la veille des sanctions à leur encontre.

Un communiqué du Barça était attendu. C’est finalement un document conjointement écrit par les trois derniers mutins, à l’origine du projet Super League, qui est arrivé. Les clubs qui restent impliqués dans le projet qu’on pensait avorté, soit le Real Madrid, le FC Barcelone et enfin la Juventus Turin, disent recevoir des insultes de la part de tiers, et surtout "des pressions et menaces répétées de la part de l’UEFA", pour qu'ils retirent le projet. Les trois clubs concernés jugent cette situation "intolérable".

"Les tribunaux ont déjà statué en faveur de la proposition de Super League, ordonnant à la FIFA et à l'UEFA de s'abstenir, directement ou par l'intermédiaire de leurs associés, de prendre toute mesure susceptible de porter préjudice à l'initiative de quelque manière que ce soit dans l'attente de la procédure", écrivent-ils. Une décision prononcée le 20 avril par le Tribunal de commerce de Madrid a, en effet, interdit à l’UEFA de prendre des sanctions tant que le litige avec les promoteurs de la Super League n'est pas jugé au fond.

L'instance "se réserve le droit de prendre toutes les mesures qu'elle juge appropriées à l'encontre des clubs qui ont refusé jusqu'à présent de renoncer" à leur projet privé, indiquait la veille l'UEFA. La chaîne sportive américaine ESPN affirmait mercredi, sur la foi de sources anonymes, que les trois rebelles risquent jusqu'à deux ans d'interdiction de compétitions européennes pour avoir formé une alliance interdite. Une information confirmée vendredi soir par la presse espagnole.

Les mutins taclent les repentis

Le projet Super League a suscité un immense tollé et créé un vent de révolte chez les supporters. Des manifestations plus ou moins violentes ont éclaté en Angleterre ces dernières semaines. Elles visaient à chaque fois les propriétaires de clubs et leur choix de participer à ce projet de Super League dissidente annoncé il y a trois semaines, les poussant à revenir sur leur décision première. Un revirement très critiqué de la part des trois clubs qui continuent de porter ce projet à bout de bras

"Nous regrettons de voir comment nos amis et partenaires fondateurs de la Super League se retrouvent maintenant dans une position incohérente et contradictoire, après avoir pris de nombreux engagements envers l'UEFA hier (vendredi)", assènent-ils. Conscients du rejet exprimé à l’égard de la Super League, la Juve, le Real Madrid et le FC Barcelone, n’ont pas l’intention, pour autant, d’y renoncer.

"Nous sommes prêts à reconsidérer l'approche proposée si nécessaire, assurent-ils. Cependant, nous serions hautement irresponsables si, conscients des besoins et de la crise systémique de l'industrie du football qui nous ont conduit à annoncer la Super League, nous abandonnions la mission de fournir des réponses efficaces et durables aux problèmes existentiels qui menacent l'industrie du football."

QM