RMC Sport

Tottenham-Liverpool: cinq duels entre Anglais qui ont été passionnants, avant cette finale

Alors que Tottenham et Liverpool s’affrontent ce samedi soir en finale de la Ligue des champions (21h), d’autres duels 100% anglais ont déjà eu lieu, par le passé, dans la plus prestigieuse des compétitions. Retour sur cinq des plus mémorables.

Manchester City-Tottenham (4-3; quart de finale retour 2019)

Cette rencontre est encore dans tous les esprits. Lors de ce premier acte du quart de finale de Ligue des champions opposant Manchester City à Tottenham, les Spurs avaient fait le minimum à l'aller (1-0). Le 17 avril dernier, les deux formations anglaises se retrouvaient pour le match retour. Et si personne ne donnait cher de la peau des Spurs, les hommes de Mauricio Pocchettino ont fait mentir les statistiques, au terme d’un match incroyable. Car malgré la défaite (4-3), ce sont bien les Londoniens qui ont validé leur ticket pour les demi-finales de la plus prestigieuse des compétitions. Les partenaires d’Harry Kane doivent notamment leur salut… au VAR. Alors que les protégés de Pep Guardiola avaient inscrit un cinquième but synonyme de qualification, dans les dernières secondes, par l’intermédiaire de Raheem Sterling, les images ont montré un hors-jeu.

>> C'était vraiment une saison complètement folle en Ligue des champions

Liverpool-Manchester City (3-0; quart de finale aller 2018)

En 2018, Manchester City survolait déjà la Premier League. Avec seulement une défaite au compteur dans le championnat d’Angleterre, les Citizens faisaient figure d’épouvantail en Ligue des champions. Pourtant, opposés à Liverpool en quarts de finale, les Mancuniens ont rapidement déchanté. Lors du premier acte, les Reds n’ont pas fait de détails et ont signé une victoire nette et sans bavure (3-0). Un succès bouclé, grâce à de nombreux contres consécutifs à plusieurs pertes de balle, en seulement 31 petites minutes de jeu. De son côté, Manchester City n’a jamais réussi à s’en remettre et a rapidement vu ses chances d’aller au bout, se refroidir très nettement.

Chelsea-Liverpool (4-4; quart de finale retour 2009)

Dans l’histoire de la Ligue des champions, plusieurs Chelsea-Liverpool ont eu lieu et celui du quart de finale de 2009 vaut certainement encore plus le détour. Alors que les Blues l’avaient, plutôt aisément, emporté sur la pelouse des Reds, lors du premier acte (1-3), les deux formations se sont livré un duel bien plus indécis lors du match retour (4-4). Un match où les défenses des deux équipes anglaises ont été mises à rude épreuve. Finalement, ce scénario totalement improbable a été bien plus favorable à Chelsea. Un résultat qui a donc permis aux partenaires de Branislav Ivanovic, double buteur inattendu à l’aller, de valider leur ticket pour la suite de la compétition.

Manchester United-Chelsea (1-1, 6-5 tab; finale 2008)

La première finale 100% anglaise en Ligue des champions mettait aux prises Manchester United à Chelsea, en 2008. Sous un véritable déluge à Moscou, au stade Loujniki, les deux équipes n’ont pas réussi à avoir le dernier mot, au terme du temps réglementaire et des prolongations. Pourtant, les Reds Devils avaient réussi à ouvrir le score, grâce à Cristiano Ronaldo. Derrière, Frank Lampard avait ensuite remis les deux formations à égalité. Finalement, la rencontre est donc allée jusqu’aux tirs au but. Une séance finale qui restera dans les mémoires, avec l’incroyable glissade de John Terry. Au moment d’aller tirer son tir au but, le capitaine des Blues a perdu l’équilibre et son ballon est venu heurter le poteau.

Chelsea-Arsenal (2-1; quart de finale retour 2004)

Ce match constituait le premier duel 100% anglais de l’histoire de la Ligue des champions. Après un bon nul assuré à l’aller contre Chelsea (1-1), Arsenal avait bon espoir, à domicile, de valider son ticket pour les demi-finales de la Ligue des champions 2004, lors du second acte. Finalement, les Invincibles d’Arsène Wenger, avec à leur tête Thierry Henry, sont tombés une nouvelle fois de haut, en s’inclinant dans les toutes dernières secondes du temps additionnel (1-2). La faute à une ultime réalisation de Wayne Bridge (97e), qui les a coupés net dans leurs ambitions élevées. Car lors de la saison 2003-2004, les Gunners ont raflé le titre de champion d’Angleterre, tout en terminant invaincus.

MM