RMC Sport

Zénith-OL: polémique sur l'ouverture du score russe pour une faute sur Marçal

Le Zénith Saint-Pétersbourg a ouvert la marque face à l'OL ce mercredi soir en Ligue des champions (en direct sur RMC Sport 1), grâce à une tête de Dzyuba. Sauf que l'action semble être entachée d'une faute sur le Lyonnais Fernando Marçal.

L'OL se déplaçait ce mercredi soir à Saint-Pétersbourg en Ligue des champions (RMC Sport 1) avec un objectif annoncé: ne pas perdre. Malheureusement, les Rhodaniens ont encaissé un but juste avant la pause. Sur un corner, le géant Artem Dzyuba a facilement gagné son duel avec Marcelo, pour propulser une tête dans le but d'Anthony Lopes (42e). Problème: sur la même action, il semble y avoir eu une faute russe.

>>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport et profiter en exclusivité de la Ligue des champions

Pas d'intervention du VAR

Au second poteau, le latéral gauche de l'OL Fernando Marçal s'est écroulé avant que Dzyuba ne touche la balle. Et le ralenti a ensuite montré qu'il avait bien été victime d'une poussette de la part de Sardar Azmoun. Mais le VAR n'a visiblement pas alerté l'arbitre central, qui a en plus sanctionné Marçal d'un carton jaune pour contestation...

Marçal à terre au second poteau
Marçal à terre au second poteau © RMC Sport

Une situation similaire avait eu lieu ce week-end en Premier League, avec un but annulé pour une faute de Jordan Ayew sur Dejan Lovren, lors de la victoire de Liverpool contre Crystal Palace.

Pour Joël Quiniou, ancien arbitre international, les officiels n'ont pas pris la bonne décision. Surtout que la soirée de mardi a offert un cas similaire... "Hier, on a vu que suite à la poussette de Gueye sur Marcelo, l’arbitre est revenu sur le penalty pour le PSG, a-t-il rappelé sur les antennes de RMC. Là il y a une faute qui est claire. Ce n’est pas une poussette, c’est une poussée dans le dos. La faute est caractérisée, même si les deux joueurs ne participent pas directement à l’action. S’il y a une faute caractérisée, elle doit être sanctionnée. Peut-être que les arbitres vidéo ont considéré qu’il n’y avait pas matière à revisionner le but, mais la faute est là."

CC