RMC Sport

Ligue des nations: la petite finale pour l’Italie aux dépens de la Belgique

L'Italie a pris dimanche la troisième place de la Ligue des nations en battant la Belgique (2-1) au Juventus Stadium de Turin, avant la finale France-Espagne.

Sacrée championne d’Europe cet été, l’Italie est montée sur la troisième marche du podium de la Ligue des nations ce week-end, en attendant la finale qui opposera ce dimanche la France et l’Espagne (20h45). La Squadra Azzurra a dominé la Belgique (2-1) au Juventus Stadium, grâce notamment à un but rapide inscrit par Nicolo Barella à l’entame de la seconde période, une reprise de volée limpide qui n’a laissé aucune chance à Thibaut Courtois.

Une fois n’est pas coutume, la Belgique repart bredouille d’une compétition internationale, tandis que l’Italie repart de l’avant après un revers subi mercredi, qui mettait fin à une série d’invincibilité de 37 matches.

La Belgique pas vernie

Loin de brader ce match pour une médaille de bronze, pas franchement de nature à motiver des joueurs qui enchaînent tous les trois jours avec leurs clubs, les deux équipes ont offert un joli spectacle, vivant et rythmé. Un match ponctué de très nettes occasions, avec du jeu, l’Italie s’illustrant dans un registre qui a fait son succès à l’Euro, avec de très belles remontées du terrain en une touche de balle.

Séduisante en l’absence de son maître à jouer Kevin De Bruyne, la Belgique a en revanche manqué de réussite, contrairement à Gianluigi Donnarumma. Promu capitaine d’une équipe remaniée, quatre jours après avoir essuyé des sifflets nourris l’ayant visé à Milan, le gardien du Paris Saint-Germain a livré une prestation inégale, mais il a surtout été sauvé trois fois par ses montants, sur des frappes de Saelemaekers (25e), Batshuayi (60e) et Carrasco (82e).

Les Belges ont réduit le score, trop tard, par le jeune Charles de Ketelaere (86e) qui a passé le ballon entre les jambes de Gianluigi Donnarumma, échouant ainsi à reproduire le coup que lui a fait la France jeudi dernier. L’Italie avait déjà fait le break. Toujours aussi remuant, Federico Chiesa avait provoqué un penalty, transformé par Berardi, après une faute de Castagne, à l’heure de jeu (63e). Lestée d’un bilan peu reluisant d’une seule victoire en quatre matches avant cette rencontre, depuis l’Euro, l’Italie renoue avec la victoire, et la Belgique avec ses doutes.

QM