RMC Sport

MLS : Charlie Davies, itinéraire d’un vrai miraculé

Charlie Davies en 2009

Charlie Davies en 2009 - AFP

Accidenté de la route en octobre 2009, l’ancien attaquant américain du FC Sochaux, Charlie Davies, a depuis retrouvé le chemin du football professionnel en MLS. Sur son compte twitter, le joueur âgé de 30 ans vient d’annoncer qu’il était guéri d’un cancer. Itinéraire d’un battant.

Tout part d’un tweet, samedi soir. Charlie Davies sort de son silence et reconnaît : « Le cancer a été quelque chose auquel je ne m’attendais pas. Mais après l’avoir vaincu, je me sens plus fort. Motivé pour retourner avec l’équipe ! » Surprise et étonnement chez les fans de l’attaquant américain. En parallèle, son club du New England Revolution communique également et affirme avoir « honoré son souhait de garder sa vie privée. » Les supporters soulignent « une source d’inspiration », « un warrior », « un roi ». Un battant, un vrai. Sur twitter, le joueur de 30 ans s’est dit « époustouflé par le soutien. »

Débuts prometteurs dans le Doubs 

« Très honnêtement, je n’étais pas au courant. J’avais plutôt des bonnes nouvelles de lui, j’avais appris qu’il était papa. Je le suis de loin, on s’échange quelques messages pour les grandes occasions… Je pense qu’on reste relativement discret sur ce genre de maladie. » Comme beaucoup, Freddy Vandekerkhove apprend, lui aussi, la nouvelle. Intendant au FC Sochaux Montbéliard depuis vingt ans, il a côtoyé le joueur lors de son passage au club.

Les supporters sochaliens se rappellent forcément du numéro 9. Rapide et puissant, il arrive dans le Doubs en 2009 pour compenser le départ de Mevlüt Erding au PSG. Dès la deuxième journée de championnat, Davies s’offre un doublé face au champion de France bordelais. Des débuts fracassants qui font rêver Bonal : « Quand il met ce doublé en août il est très bien, c’est une vraie plus-value pour nous » affirme Freddy Vandekerkhove.

Miraculé de la route 

Oui mais voilà. Trois mois plus tard, le joueur originaire du New Hampshire est victime d’un terrible accident de la route lorsque son véhicule heurte un pylône sur une autoroute près de Washington. Agée de 22 ans, la passagère avant est tuée sur le coup et la voiture coupée en deux sous la puissance du choc. De son côté, Charlie Davies s’en sort. Mais à quel prix… Une perforation de la vessie et de multiples fractures pour un total de cinq heures d’opération en urgence. Un long combat. Mais l’attaquant ne lâche rien : « Ce grave accident nous a tous bouleversés. C’était vraiment choquant, avec les images du véhicule notamment. Il est revenu changé physiquement mais il a un tempérament de battant comme tous ces sportifs de haut niveau. Il n’a jamais lâché, il disait toujours qu’il allait rebondir. C’est un gros moral », assure l'intendant du club. Gardien de but de l'époque, Teddy Richert abonde dans le même sens : « Je reviendrai, je remettrai des buts... Il a toujours tenu ces paroles. Il a toujours été très positif, très courageux. Ça lui permet d'affronter toutes ces difficultés. » Malgré tous ces efforts, l’attaquant ne retrouvera jamais son niveau initial. En tous cas pas dans le Doubs : « Après sa rééducation, il n’a plus trop joué. On voyait qu’il n’avait plus ce coup de rein. Sportivement, c’était compliqué cette année-là » affirme Freddy Vandekerkhove. 

De retour sur les terrains

Teddy Richert est lui plus catégorique : « Il avait des difficultés à marcher, à courir. Il repartait pratiquement de zéro. Le club ne lui a pas vraiment laissé de temps. Pour eux, il était incapable de revenir... On a laissé un petit peu l'homme de côté. Alors nous, joueurs, on l'a pris en main. Il a beaucoup bossé, c'est vraiment un sportif extraordinaire. Il revient de loin. » Les deux réalisations précoces du buteur resteront les seules sous le maillot jaune et bleu et il retrouvera son pays, les Etats-Unis, avec un prêt au DC United. 

S’en suit une expérience avec le club danois de Randers puis un nouveau retour au pays, dans les rangs du New England Revolution. 
Et donc ce cancer, en phase de rémission. Ce dimanche, il a retrouvé les terrains face à Orlando. « En train de vivre mon rêve », est inscrit sur sa présentation twitter. Définitivement, rien ne semble pouvoir l’en empêcher.

A lire aussi>> Croatie : l’été où Perisic a signé à Sochaux pour sauver la ferme de son père

Vivien Seiller