RMC Sport

Match entre les Corées: "Ils nous injuriaient salement", raconte Heung-Min Son

L'ailier sud-coréen Heung-Min Son de Tottenham a affirmé avoir eu peur de se blesser lors du match "très agressif" qui a opposé mardi à Pyongyang les deux Corées (0-0), tandis que le patron de la Fifa Gianni Infantino s'est dit "déçu" de l'absence de public dans le stade.

Ce n'était manifestement pas un 0-0 diplomatique. Très peu d'informations avaient été communiquées sur le contenu du match à huis clos historique entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, disputé mardi à Pyongyang dans le cadre des éliminatoires de la zone Asie de la Coupe du monde 2022. La rencontre n'a d'ailleurs pas été retransmise en direct et les seules images vidéo existantes se trouvent sur un DVD. Mais l'attaquant sud-coréen Heung-Min Son a raconté, en des termes peu flatteurs, ce qu'il a vécu sur la pelouse.

"C'est dommage de ne pas avoir gagné, mais sur le terrain c'était tellement brutal, que revenir sans blessure est déjà un exploit", a fustigé la vedette de Tottenham, dans des propos recueillis par les journalistes présents à l'aéroport d'Incheon, près de Séoul.

"On aurait dit une guerre"

Il semblerait même qu'il y ait eu une certaine animosité entre les joueurs. "Les Nord-Coréens étaient vraiment à cran, et ils nous injuriaient salement", a pesté Heung-Min Son. "On aurait dit une guerre. Je n'ai jamais vu un tel niveau d'agressivité dans un match de football jusqu'à aujourd'hui", a appuyé Choi Young-Il, vice-président de la fédération coréenne de football.

Gianni Infantino, le président de la Fifa, s'est dit "déçu" que le match se soit déroulé sans public, ni le moindre reporter étranger. "J'avais hâte de voir un stade plein pour ce match historique mais j'ai été déçu de voir qu'il n'y avait aucun spectateur dans les tribunes. Nous avons été surpris de cela et par plusieurs autres points, concernant notamment la retransmission en direct et les problèmes avec les visas et les journalistes étrangers", a-t-il réagi dans un communiqué.

Le seul écho du match est venu des sites de la Fifa et de la Confédération asiatique (AFC) qui étaient autorisés à divulguer un minimum d'informations factuelles. Et avant de s'envoler pour Pyongyang, les Sud-Coréens avaient été priés de laisser leurs téléphones portables à leur ambassade en Chine.

JA avec AFP