RMC Sport

Mercato: pourquoi le Barça a dit non à Haaland

La direction catalane a supervisé Erling Haaland à quinze reprises pour savoir s’il était le (jeune) homme de la situation pour renforcer l'attaque catalane. Elle a finalement fait le choix de ne pas le recruter, ne l’estimant pas "Barça-compatible".

La peur n’est plus véritablement un sentiment qu’inspire l’attaque du Barça en Ligue des champions. Le club possède pourtant la meilleure attaque de la Liga avec 62 buts marqués en 17 rencontres. En C1, la blessure de Luis Suarez s’est directement faite ressentir lors du match nul concédé sur le terrain de Naples (1-1), mardi soir. L'équipe n'a cadré qu'un seul tir et c'est le but d'Antoine Griezmann. Des questions se posent autour de la question de l'attaque du Barça. D'après Mundo Deportivo, le nom d’Erling Haaland a été écarté l'été dernier pour une étonnante raison.

Haaland pas assez technique, a considéré le Barça

Pour quelle raison l’attaquant norvégien de 19 ans n’a pas convaincu les équipes du directeur sportif Eric Abidal? Erling Haaland a été supervisé à quinze reprises. Son profil a donc été réfléchi et étudié, comme notamment celui de Luka Jovic, finalement recruté par le Real Madrid. Les scouts barcelonais ont loué la force de finition du désormais joueur alors à Salzbourg. Ils ont en revanche alerté la direction sur sa possible incapacité à s’adapter à l’identité de jeu de l’équipe entre passes et possession. Techniquement, il aurait été considéré comme trop léger, tout simplement.

Une erreur reconnue discrètement en interne

Comme le rapporte le média espagnol, les dirigeants assument leur erreur très discrètement dans les coulisses. Finalement, Erling Haaland était bel et bien compatible. A Naples, Quique Setién n’a pas pu utiliser son joker médical à 18 millions d'euros Martin Braithwaite, pas qualifié pour la Ligue des champions. Il a titularisé Antoine Griezmann en pointe avec Lionel Messi à droite et Arturo Vidal à gauche. Ansu Fati n’est entré qu’à la 87e et le Chilien a été expulsé à la 89e. Sans aucun doute, le nouvel entraîneur et les socios doivent regarder les matchs du Borussia Dortmund avec une incompréhension totale.

Joseph Ruiz