RMC Sport

Monaco: rentré dans le rang ou toujours ambitieux? Le point sur la saison de l'ASM

Alors que la phase aller du championnat se termine ce week-end que l'ASM dispute ce mardi un 8e de finale de la Coupe de la Ligue face à Lille (21h05), Monaco, le troisième plus gros budget de Ligue 1, avance masqué. Candidat déclaré pour une qualification en Ligue des champions, le club du Rocher s’est fait beaucoup plus discret que les autres "gros" du championnat. Mais où en sont les Monégasques avant la trêve?

Pour mieux patienter jusqu’à ce week-end et le grand multiplex de la dernière journée de la phase aller de Ligue 1 (10 matchs samedi 21 décembre à 20h45), on vous propose un petit défi: saurez-vous dire, sans aucune aide bien évidemment, la place exacte occupée par l’AS Monaco, qui dispute ce mardi son 8e de finale de la Coupe de la Ligue face à Lille (21h05), au championnat?

Après 17 rencontres jouées (le match ASM-PSG, comptant pour la 15e journée, a été reporté), les Monégasques sont neuvièmes, à égalité de points avec l’Olympique Lyonnais. Et la comparaison avec le club rhodanien, autre "gros" du championnat, met justement en avant un constat: alors que la Ligue 1 s’apprête à faire une pause, le club de Rocher a traversé la phase aller dans l’anonymat (presque) le plus total.

Quand les autres pointures du championnat ne cessent de faire parler d’elles, pour de bonnes (Paris, Marseille) ou de mauvaises raisons (Lyon), Monaco avance masqué. Pourtant, Oleg Petrov assurait dans un entretien à RMC Sport que le champion de France 2017 n’avait en aucun cas rogné sur ses ambitions.

Des débuts très compliqués puis un redressement

La saison 2019-2020, l’AS Monaco l’avait commencée par une gifle retentissante. En plein cœur de l’été, le 9 août, les Monégasques se font corriger 3-0 à Louis II par un Olympique Lyonnais alors encore dirigé par Sylvinho. Aucun fond de jeu, une défense aux abois… Cette première journée souligne toutes les lacunes monégasques et force les dirigeants à recruter d’urgence (voir plus bas).

La suite? Monaco attend le 24 septembre et la 7e journée (victoire contre Nice 3-1) pour empocher son premier succès. Depuis, l’ASM a gagné sept fois sur ses dix derniers matchs de Ligue 1 et s’est donc replacé dans la première partie de tableau. En 16e de finale de Coupe de la Ligue, le club du Rocher a battu Marseille (2-1 le 30 octobre dernier) et affronte donc Lille ce mardi soir (21h05) pour une place en quart de finale.

Quel apport pour les recrues?

Lors du dernier mercato, l’AS Monaco a été le club de Ligue 1 le plus dépensier (140 millions d’euros investis), loin devant le PSG (95 millions) et ce après un mercato hivernal 2018-2019 déjà ultra-actif (achats de Fodé Ballo-Touré, Cesc Fabregas, Naldo, prêts de William Vainqueur, Gelson Martins, Adrien Silva, Georges-Kévin N’Koudou… ).

Ils ont convaincu

L’investissement sur Wissam Ben Yedder (acheté 40 millions d’euros à Séville) et le prêt d’Islam Slimani sont assurément les plus grandes satisfactions du mercato estival monégasque. Les deux compères ont en effet immédiatement construit une relation technique particulièrement efficace. Après 18 journées, le duo est redoutable et occupe les sommets des classements statistiques: avec onze réalisations, Ben Yedder est tout simplement le meilleur buteur de Ligue 1, tandis que Slimani, a délivré 8 caviars.

Ben Yedder et Slimani
Ben Yedder et Slimani © Icon Sport

Le retour de Tiémoué Bakayoko (prêt payant de 3 millions d’euros) est également réussi. Titulaire indiscutable dans l’entrejeu monégasque, l’international français (1 sélection) a su monter en puissance au fil des matchs pour retrouver progressivement tout son poids au milieu de terrain. Derrière, Guillermo Maripan a aussi trouvé son rythme de croisière en défense centrale. Après des débuts compliqués, l’international chilien (21 sélections, 2 buts), acheté 18 millions d’euros à Alavés en fin de mercato, a contribué à solidifier la défense. Enfin, Benjamin Lecomte, recruté 13,5 millions pour succéder Subasic dans les cages, donne plutôt satisfaction.

Ils ont déçu

Même si les achats tardifs à la fin de l’été dernier ont permis à Monaco de relever la tête en championnat, de nombreuses recrues ont déçu. Gelson Martins, acheté 30 millions d’euros après avoir fait toute la deuxième partie de saison dernière en prêt, souffre de la comparaison avec le duo Slimani-Ben Yedder. Plutôt convaincant entre janvier et mai (4 buts, 2 passes décisives), même si son rendement avait baissé au fil des matchs, l’ailier portugais affiche des statistiques loin d’être éclatantes (2 buts, 1 passe) malgré ses 15 titularisations.

Mais au moins, l’ancien de l’Atlético de Madrid peut se targuer de jouer, ce qui n’est pas le cas des deux autres recrues offensives de l'été. Henry Onyekuru (achat de 13,5 millions) et Jean-Kévin Augustin (prêt) ont traversé la phase aller comme des fantômes. Alors qu’Augustin doit se contenter de bouts de rencontres, c’est encore pire pour Onyekuru, absent de la feuille de match lors des quatre dernières journées.

Les ambitions pour la phase retour

Après son début de saison catastrophique, l’ASM est donc neuvième de Ligue 1. Mais avec 25 points, et dans un championnat si homogène, les Monégasques ne sont qu’à six petits points du podium (Lille, 31 points), le tout avec un match en retard contre le PSG. Même s’il ne faut pas forcément tabler sur une victoire face à l’ogre parisien, le club de la Principauté est encore tout à fait dans les clous pour une qualification européenne en fin de saison.

D’ailleurs, Oleg Petrov, le vice-président, affirmait il y a moins d’un mois dans Breaking Foot que manquer le podium en fin de saison "serait une déception", allant même jusqu’à affirmer vouloir challenger à terme le PSG pour le titre. "Ce sera compliqué cette saison, admettait Petrov. Mais nous allons nous battre pour redevenir champions de France." Preuve que, malgré une période plus que mitigée, l’AS Monaco n’est en aucun cas rentré dans le rang…

>> Les podcasts de Breaking Foot

Félix Gabory