RMC Sport

Mort de Maradona: comment s'est déroulée la dernière cérémonie intime

Le cercle intime de Diego Maradona était réuni pour son inhumation, jeudi. Un seul participant émanait du monde du football.

Diego Maradona a été inhumé jeudi soir, un peu plus de 24 heures seulement après sa mort, un délai rapide mais habituel en Argentine. La crise du coronavirus a d'autant plus accéléré les démarches au terme d'une journée très riche où plus d'un million de personnes se sont succédées devant le cercueil de l'idole argentine, placée dans le palais présidentiel.

Le dernier voyage du "Pibe de Oro" aura été mouvementé avec quelques heurts provoqués par le mécontentement des fans n'ayant pas pu se recueillir devant la dépouille de l'ancien meneur génial. Le convoi, ralenti par quelques incidents, la foule et... une erreur d'orientation, a mis trois heures pour parcourir le trajet entre la Casa Rosada et sa dernière demeure. 

Rocio Oliva, son ex-compagne, non conviée

Puis, le calme est revenu au cimetière Bella Vista, situé dans le quartier San Miguel, dans le Nord-Ouest de Buenos Aires. La cérémonie n'a duré que trente minutes et s'est déroulée en petit comité avec une quarantaine de personnes, noté Olé. Claudia Villafane, sa première femme et mère de ses filles Dalma et Giannina, avait organisé la cérémonie et choisit les invités. Comme au palais présidentiel, Rocio Oliva, ancienne partenaire de Maradona, n'a pas été conviée à l'inverse de Verónica Ojeda, une autre ancienne compagne de "D10S" et mère de son fils, Dieguito.

Les filles de Maradona, Dalma, Giannina, mais aussi Jana, issue d'une relation extra-conjugale, faisaient partie de ce cercle restreint, tout comme les cinq soeurs et le frère de Diego Maradona, ainsi que quelques amis proches. Giuseppe Manzo, ambassadeur d'Italie en Argentine, était également présent en compagnie de son fils. En plus de son rôle officiel, Manzo, natif de Naples, représentait également la ville de Campanie où Maradona a écrit sa légende (1984-1991). 

Le monde du foot très peu représenté

Luciano Malatini, qui a écrit un livre sur lui, et le journaliste Martín Arévalo ont assisté aux funérailles. Le monde du football était, lui, très peu représenté. Seul Guillermo Coppola, son manager historique, représentait la "famille" du ballon rond. La cérémonie a été filmée par drone et retransmise en direct à la télévision. Un chapiteau avait été érigé pour préserver l'intimité de la famille. 

Le prêtre a pris la parole pour envoyer un message d'unité familiale. Le cercueil de Diego a ensuite été enterré, dans les larmes et sous quelques applaudissements, à côté de ceux de ses deux parents, Doña Tota et Don Diego, dont les disparitions l'avaient beaucoup affecté. Il repose désormais à leurs côtés. 

NC