RMC Sport

Mourinho-Wenger : une rivalité « historique » en dix phrases

Arsène Wenger et José Mourinho

Arsène Wenger et José Mourinho - AFP

Chelsea accueille Arsenal ce samedi (15h05) pour le choc de la 7e journée de Premier League. Un derby londonien qui sera aussi l’occasion pour Arsène Wenger d’essayer de battre l’équipe de José Mourinho pour la première fois en douze confrontations. Un bilan totalement déséquilibré qui explique peut-être la froideur des relations entre les deux techniciens, résumée ici en dix phrases.

« The Special One » fait peur

« Je sais que nous vivons dans un monde où nous avons seulement des gagnants et des perdants, mais quand le sport encourage les équipes qui refusent de prendre l’initiative, le sport est en danger. » (Arsène Wenger, août 2005)

Mourinho et Wenger « le voyeur »

« Je pense que c’est l’une de ces personnes que l’on appelle un voyeur. Il aime regarder les autres personnes. Il y a certains gars qui, quand ils sont à la maison, ont un grand télescope pour voir ce qu’il se passe dans les autres familles. Il parle, parle et parle de Chelsea. » (José Mourinho, octobre 2005)

Quand Wenger sort de ses gonds…

« Il est dérangé, déconnecté de la réalité et irrespectueux. Quand vous donnez du crédit à des gens stupides, ça les rend parfois encore plus stupides. » (Arsène Wenger, novembre 2005)

… Mourinho lui répond

« A Stamford Bridge, nous avons un dossier des phrases de M. Wenger à propos du Chelsea Football Club au cours des douze derniers mois. Ce n’est pas un dossier de cinq pages. C’est un dossier de 120 pages, donc nous avons une forte réaction. Mon objectif est que cela cesse. » (José Mourinho, novembre 2005)

Wenger veut se mesurer au « Mou »

« Beaucoup d'entraîneurs ont gagné la Ligue des champions et ne seront jamais considérés comme de grands entraîneurs. Si vous voulez comparer chaque manager, donnez-lui les mêmes moyens et dites : "Vous avez cela pour cinq ans". Après cinq ans, regardez qui a réussi le plus. » (Arsène Wenger, avril 2007)

Même à l’Inter, Mourinho tacle encore son ennemi

« Les Anglais aiment les statistiques. Est-ce qu’ils savent qu’Arsène Wenger a seulement 50% de victoires en Premier League ? » (José Mourinho, avril 2008)

Et même au Real Madrid, Mourinho se fait tacler par Wenger

(À propos de cartons jaunes délibérément pris par Ramos et Alonso) « Je ne dis pas que ça ne peut pas traverser votre esprit, mais quand vous voyez ce que cela donne à la télévision, vous vous dites : "Plus jamais ça". C'est franchement horrible. C'est une honte de voir ça dans un grand club. » (Arsène Wenger, novembre 2010)

L’un des deux est « spécialiste de la défaite »

« Il a raison et j’ai peur de l’échec parce que je n’ai pas perdu beaucoup. Huit ans sans trophée, c’est ça l’échec. C’est un spécialiste de l’échec. Si j’avais fait ça à Chelsea en huit ans, je serais parti et ne serait jamais revenu à Londres. » (José Mourinho, février 2014)

La destruction made in Chelsea

« Nous sommes venus pour tuer et, en dix minutes, nous les avons détruits. Après ça, facile. » (José Mourinho, mars 2014)

Fabregas, le lien qui les unit… ou pas

« Si vous demandez à Fabregas s’il regrette sa venue, je suis sûr qu’il dira non. Si vous lui demandez s’il voulait choisir une option différente, il dira non. Et si vous lui demandez où il pense être dans les cinq prochaines années, il vous dira qu’il se voit ici. Il est Chelsea. » (José Mourinho, octobre 2014)

Alexandre Alain Rédacteur