RMC Sport

Platini débouté par la cour européenne des droits de l'Homme

La cour européenne des droits de l'Homme a jugé irrecevable la requête de Michel Platini et confirmé que l'interdiction d'exercer une activité professionnelle liée au football était bien justifiée.

Michel Platini essuie un nouveau et définitif revers dans sa quête d'innocence. La cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a en effet jugée irrecevable a requête de l'ancien président de l'UEFA qui jugeait illégale l'interdiction d'exercer une activité professionnelle liée au football prononcée en 2015. 

"La sanction infligée ne paraît ni excessive, ni arbitraire"

"La Cour européenne des droits de l’homme déclare, à l’unanimité, la requête irrecevable, indique la CEDH dans un communiqué. Cette décision est définitive. La Cour juge en particulier qu’au regard de la gravité des infractions commises, de la position élevée que M. Platini occupait au sein des instances de football et de la nécessité de rétablir la réputation de ce sport comme celle de la FIFA, la sanction infligée ne paraît ni excessive, ni arbitraire. Les juridictions internes ont pris en compte tous les intérêts en jeu pour confirmer la mesure prise par la FIFA, réduite par ailleurs par le Tribunal arbitral du sport."

Il n'est plus suspendu depuis octobre

En 2015, l'ancien meneur de l'équipe de France de football avait été suspendu huit ans, ramené à six en appel puis à quatre par le Tribunal arbitral du sport. pour avoir reçu un "complément "de salaire de 2.000.000 francs suisses (1,8 million d'euros) perçu dans le cadre d’un contrat oral passé avec l’ancien président de la FIFA", rappelle la CEDH. Le Tribunal fédéral suisse avait déjà confirmé cette sanction en 2017.

Platini, qui entendait attaquer la Fifa en cas de décision positive, n'a plus de recours possible. Depuis le 8 octobre dernier, l’ancien président de l’UEFA Michel Platini n’est plus suspendu "de toute activité liée au football". En janvier dernier, il est devenu conseiller de Philippe Piat, président de la Fifpro (syndicat mondial des joueurs). Une annonce qui avait provoqué un début de polémique avant d'être désamorcée par Platini lui-même.

NC