RMC Sport

Platini : "Je suis prêt à tout, ils ont voulu me tuer professionnellement"

Platini

Platini - AFP

Dans un entretien accordé à TF1, Michel Platini, l'ancien président de l'UEFA, est revenu sur la décision de la justice suisse qui, en l'état, le met hors de cause dans l'affaire des 2 millions de francs suisses. Très remonté, il se dit "revanchard" et souhaite que la Fifa annule sa suspension.

Michel Platini contre-attaque. Mis hors de cause en l'état par la justice suisse dans l’affaire des 2 millions de francs suisses (1,8 millions d’euros) versés en 2011 par Sepp Blatter, l’ex-président de l’UEFA entend maintenant que la Fifa annule les sanctions prises à son encontre, lui qui est suspendu jusqu’en octobre 2019 par l’instance internationale de toute activité liée au football. "C’est une très bonne nouvelle. La vraie justice, celle des gens normaux, clarifie la situation. Je suis content et très heureux", a confié Platini ce samedi dans un entretien accordé à TF1 et diffusé dans le JT de 20H.

Soulagé, l’ancien capitaine des Bleus attend une réaction de la part des dirigeants de la Fifa. "J’attends qu’ils prennent leurs responsabilités et qu’ils fassent comme la justice suisse en disant qu’ils se sont trompés", a-t-il souligné, expliquant toutefois ne pas avoir "du tout confiance en eux". "Est-ce que je suis prêt à les attaquer? Oui, je suis prêt à tout. Ils m’ont fait beaucoup de mal. Ils ont voulu m’humilier, ils ont voulu me tuer professionnellement. Le président de la Fifa et tous ses collaborateurs ne voulaient pas que je sois président", a-t-il ajouté.

"Je suis revanchard"

Suspendu initialement huit ans en 2015 par la justice interne de la Fifa pour ce paiement de 1,8 millions d’euros, Platini n’avait pas pu briguer la succession de Blatter à la tête de la Fifa. Cette suspension avait ensuite été réduite à six ans en appel, puis à quatre ans par le Tribunal arbitral du sport, plus haute juridiction sportive. "Si j’avais piqué une pièce de monnaie dans le portefeuille de ma maman à l’âge de 10 ans, je pense qu’ils m’auraient mis deux ans supplémentaires. Je ne peux pas avoir donné tout ce que j’ai donné au football et finir banni du football", a expliqué Platini, offensif.

"Je ne l’accepte pas et je ne lâcherai pas. Je suis revanchard. Ce n’est pas facile de prendre tout ce que j’ai pris dans la tête pour rien du tout. On m’a privé de toute ma vie, de ma passion du football. C’est pour ça que je leur en veux", a-t-il poursuivi, affirmant que "tous les bruits colportés les premiers mois - corruption, blanchiment d'argent, falsification de documents - venaient de la Fifa". Après avoir remporté un match important, Platini est donc prêt pour une nouvelle bataille.

VIDEO - Manardo : "C'est une victoire très importante pour Platini"

RR