RMC Sport

Platini : « Pas fan des Qataris au PSG »

Platini n'est pas enthousiasmé à l'idée de voir des Qataris reprendre le PSG

Platini n'est pas enthousiasmé à l'idée de voir des Qataris reprendre le PSG - -

Invité exceptionnel de Luis Attaque sur RMC, le président de l’UEFA s’est exprimé sans détour sur l’actualité du football français et international. Michel Platini n’a pas caché son scepticisme face à l’arrivée d’un fonds d’investissements qatari dans le club de la capitale.

Michel Platini, comment se présente votre second mandat (il a été réélu le 22 mars) ?
Oui les dossiers continuent, en interne et en externe. Il y a l’Euro 2012 à prévoir, le Fair Play financier qui se met en place, les affaires de paris truqués à gérer, il y a des choses à régler mais par rapport aux millions de qualités que génère le foot, ce n’est rien.

Vous avez été réélu pour quatre ans avec beaucoup de chantiers…
Je suis plutôt quelqu’un qui voit le verre à moitié plein plus qu’à moitié vide, on a quelques problèmes comme les matches vendus mais ça ne concerne que y en a que 0,2 % des matchs de football.

La corruption ?
Oui j’en ai peur, ça touche le foot. Je lance un message aux syndicats, c’est eux qui vont nous aider à l’éradiquer. Je ne suis pas forcément très inquiet mais on a bien fait de relever le problème. Maintenant on travaille avec les pays les gouvernements, là c’est la tolérance zéro, le joueur qui a fait quelque chose il ne rejouera plus jamais au football. C’est mon rôle de président de défendre ce jeu, le football.

Un des grands chantiers c’est ce fameux Fair-Play financier (à partir de la saison 2013/2014). Etes-vous inquiet sur l’avenir de certains grands clubs ?
Je serai inquiet si nous n’avions rien fait mais nous avons décidé de mettre en place ce Fair-Play financier. Ça va commencer, se mettre en place, on va regarder les budgets des clubs de plus près.

Êtes-vous toujours opposé à l’arbitrage vidéo ?
Je suis très content que le foot reste humain, on a préféré mettre des yeux supplémentaires pour prendre de bonnes décisions. Ils aident les arbitres à prendre des décisions dans les 18 mètres, il y a davantage de penaltys sifflés, moins de simulations, beaucoup de décisions ont été changées en Ligue des champions, c’est pour ça que je suis content, mais tout le monde est content. Je suis pour un sport humain, je ne suis pas un romantique mais j’ai des convictions. Au moment du hors-jeu ça peut se jouer à 1 millième de secondes, si le mec active sa vidéo un peu trop tard c’est fini. »

Que vous inspire la reprise du PSG par un investisseur qatari ?
Je ne suis pas pour ou contre, en fait, je ne suis pas fan. Le foot a été une grande aventure formée sur l’identité, à l’époque quand il y avait Paris contre Marseille, c’était des gens de Paris contre des gens de Marseille. Aujourd’hui les Qataris viennent, tant mieux mais je ne suis pas un grand fan, aujourd’hui ils sont là c’est bien mais quand ils partiront ils mettront les clubs en faillite.

Vous réjouissez-vous de la prochaine Coupe du monde 2022 au Qatar ?
Je ne suis pas fan non plus, je les connais bien je leur ai dit qu’il n’y aura pas de Coupe du Monde en juin 2022. La Coupe du Monde en Afrique du Sud m’a convaincu qu’il fallait changer la période de compétition. Au Qatar en été il fait 50 degrés…

Après l’UEFA, la FIFA ?
On verra dans 3 ans, je ne sais pas, c’est plus trop le football des clubs, c’est plus politique, non sincèrement je n’y ai pas pensé.

Un mot sur la saison de l’équipe de France, qui a connu une actualité extra-sportive mouvementée…
En Afrique du sud j’ai dit ce que je pensais, ça a été pour la France et le football français quelque chose de dramatique. J’ai toujours mis la responsabilité sur les joueurs qui ne se sont pas comportés comme des gens responsables, ils méritaient d’être punis ils ont été punis. Là on n’a pas forcement la meilleure équipe du monde, mais ça va, je suis confiant.