RMC Sport

Portugal: près de quatre ans après son arrivée, Taarabt a enfin joué avec Benfica

Acheté en juin 2015 par Benfica, placardisé pour ses déclarations et sa condition physique, puis prêté au Genoa, Adel Taarabt n'avait jamais joué avec l'équipe A du club portugais. Jusqu'à samedi soir.

Il s'est passé un petit événement, samedi soir, au stade de Luz. Alors que Benfica recevait Tondela dans le cadre de la 27e journée du championnat portugais (victoire 1-0), le public lisboète a assisté à la 71e minute à l'entrée en jeu... d'Adel Taarabt. Un remplacement accueilli par quelques sourires, quelques applaudissements aussi, et pour cause: l'international marocain n'avait jamais disputé la moindre minute avec l'équipe première de Benfica depuis son arrivée en juin 2015. Soit près de quatre ans.

En effet, cette année-là, le club portugais avait acheté Taarabt aux Queens Park Rangers pour 3 millions d’euros. Sauf que la première saison avait été catastrophique pour l'ancien du RC Lens, qui avait dû se contenter de matchs avec la réserve. Et une interview à l'été 2016 dans laquelle il se plaignait de sa situation avait fini par mettre le feu aux poudres. "Il ne portera plus jamais le maillot de Benfica", avait alors assuré le président Luis Filipe Vieira.

Le nouveau coach lui a tendu la main

Le dirigeant a tenu sa parole: complètement placardisé, Taarabt, à qui l'on promettait une carrière prestigieuse durant sa jeunesse, est tombé dans l'oubli pendant plusieurs mois, et n'a refait surface qu'en janvier 2017, lorsqu'il a été prêté pour 18 mois au Genoa.

En Serie A, Taarabt a alors joué, un peu, il a marqué quelques buts, avant d'être perturbé par des problèmes physiques. Et si son nom a circulé du côté de Nantes, il est retourné au Portugal l'été dernier, pour retrouver la réserve et l'anonymat. Jusqu'à ce que le nouvel entraîneur Bruno Lage (en poste depuis janvier), qui l'avait connu en équipe B, ne lui tende la main. "S'il a changé, nous devons lui donner sa chance. Son potentiel le mérite", expliquait le technicien en février.

Avant de tenir un nouveau discours encourageant cette semaine: "En tant qu’entraîneur de l’équipe B, j’ai toujours vu un individu disposé à revenir car il avait perdu beaucoup de temps. Il a 29 ans, il a eu une brillante carrière mais il a perdu beaucoup de temps. C’est sa responsabilité et il le sait. Il veut se remettre sur les rails. Lorsque nous avons examiné qui pourrait venir avec nous (en équipe A), nous pensions qu’il fallait lui donner une chance. D’ici là, ça dépend de lui. Jouer dans l’équipe de Benfica est très facile: il faut d’abord s’entraîner à 1.000%." Ce que Taarabt a dû finir par faire, puisque le coach l'a relancé samedi. Enfin.

CC