RMC Sport

Angleterre: Barton présente ses excuses pour une comparaison très maladroite avec l'Holocauste

Désormais entraîneur de Bristol Rovers, en quatrième division anglaise, l'ancien milieu de terrain Joey Barton a comparé le week-end passé ses problèmes défensifs à "l'Holocauste". Pointé du doigt pour cette sortie, il a présenté ses excuses jeudi.

Un petit dérapage de plus au CV de Joey Barton. L'ancien milieu de terrain de Manchester City, Newcastle et de l'OM, aujourd'hui coach de Bristol Rovers en League Two (D4 anglaise), s'était fait remarquer le week-end dernier par une déclaration très, très maladroite après une défaite de ses hommes contre Newport (3-1).

"Je l'ai dit aux gars cette semaine: cette équipe, c'est un jeu de chaises musicales, avait-il lancé au moment d'évoquer les problèmes défensifs de ses troupes. Quelqu'un est bon, mais il est ensuite suspendu ou blessé. Et puis là c'est l'Holocauste, un cauchemar, un désastre absolu."

Epinglé pour cette comparaison douteuse par de multiples associations mais aussi des acteurs du foot, Barton est revenu sur cet épisode jeudi, en conférence de presse. Le bouillant technicien a tenu à présenter ses excuses.

"J'espère utiliser de meilleures comparaisons à l'avenir"

"Je n'ai rien voulu dire de mal, mais certaines personnes m'ont fait remarquer à juste titre que cette analogie n'était pas correcte, a-t-il déclaré. La FA (la fédération anglaise, ndlr) m'a écrit cette semaine pour me mettre en garde sur nos propos et notre communication. La dernière chose que vous voulez faire est d'offenser ou de contrarier qui que ce soit. Donc, si quelqu'un a été offensé par cela, je voudrais m'en excuser et je pense que la FA a eu raison de m'écrire et de me le rappeler. J'espère utiliser de meilleures comparaisons à l'avenir, mais c'était certainement sans méchanceté ou offense consciente envers qui que ce soit."

Entre les lignes, Barton a tout de même fait comprendre qu'il avait été un brin irrité par la montée au créneau opportuniste de certains. "Il est de notre devoir d'être parfait et de ne pas créer de controverse, a-t-il poursuivi. Je comprends le monde dans lequel nous vivons et les personnes avec lesquelles nous travaillons. Certains doivent produire du contenu et attirer l’attention des gens pour les faire cliquer dessus. Je comprends que tout ce que nous disons, même ce que je dis maintenant, sera sans aucun doute reconstitué de manière à capter l'attention du plus grand nombre de personnes possible."

Et de le répéter: "Mais pour moi, c'était une mauvaise analogie à utiliser dans le contexte du monde moderne, et cela ne se reproduira plus." Les Rovers sont actuellement 18es (sur 24) du classement de League Two.

C.C.