RMC Sport

La trajectoire toujours plus folle d'Akinfenwa, "The Beast", mascotte du foot anglais

-

- - Icon Sport

Proche de la quarantaine et au-dessus du quintal sur la balance, l'attaquant anglais Adebayo Akinfenwa vient d'accéder au Championship avec son club de Wycombe. Sa fraîcheur et sa détermination ont encore fait des ravages après la rencontre.

C’est une drôle histoire qui mêle barres de musculation, gros muscles, terrains de foot de toutes les petites divisions anglaises, accession en Championship et Jürgen Klopp. C’est-à-dire tout et rien. Mais cette très belle histoire, c’est celle d’Adebayo Akinfenwa, attaquant de 38 ans des Wanderers de Wycombe et connu pour être le footballeur le plus lourd du monde (102 kg).

Son surnom est à la fois une carte de visite et un programme: 'The Beast'. La bête. Lundi soir, le musculeux Anglais d’origine nigériane a fait son retour dans la sphère médiatique au terme d’une interview ivre de bonheur après la victoire de son équipe face à Oxford en play-offs (2-1), propulsant Wycombe en Championship la saison prochaine.

Les félicitations de Klopp en vidéo

Au micro du journaliste de Sky Sports, il a étalé son bonheur de rejoindre la deuxième division anglaise, sa revanche sur ceux qui n’avaient pas cru en lui, son affection pour ceux, ensuite, qui lui ont tendu la main, et sa volonté de célébrer son accession avec… Jürgen Klopp, le manager de Liverpool. Grand fan des Reds, Akinfenwa a découvert sur son portable, plus tard dans la soirée, une vidéo de l’Allemand qui le félicitait pour sa performance et son parcours en général. "L’homme, la légende, le mythe, m’a envoyé un message. Aujourd’hui ne peut pas être un meilleur joueur. Merci Klopp!", s’est enflammé le joueur sur Twitter.

Professionnel depuis presque 20 ans, l’attaquant de Wycombe a écumé quasiment toutes les divisions anglaises. Après une première saison en Lituanie (FK Atlantas), il a mis le cap sur le pays de Galles, à Barry Town, avant d’enchaîner les aventures plus ou moins fructueuses à Boston United, Leyton Orient, Rushden & Diamonds, Doncaster Rovers, Torquay United, Swansea (où il sera le premier buteur du Liberty Stadium), Milwall, Northampton, Gillingham, Wimbledon et donc Wycombe. Treize clubs en près de vingt ans au haut niveau. Et quelques lignes de statistiques plutôt impressionnantes depuis 2008, où il tourne quasiment à plus d’un but tous les quatre matches (54 buts en 176 matches depuis 2016 sous les couleurs de Wycombe). Ce qui ne l'avait pas empêché d'être au bord de la fin de carrière en 2016, à 34 ans, quand Wimbledon ne l'avait pas conservé dans son effectif.

"Il y a quatre ans, je me tenais devant vous et j'étais techniquement au chômage"

"Attendez, attendez, laissez-moi me calmer. Avant tout, je veux remercier Dieu, car aujourd’hui il a rendu possible l'impossible. Il y a quatre ans, je me tenais devant vous et j'étais techniquement au chômage. J’espère que mon histoire prouve que la seule opinion qui compte est celle que vous avez de vous-même. J’ai eu la chance de trouver un manager et des coéquipiers qui croyaient en moi", a salué l’Anglais, qui pèse plus de 100 kilos et qui a toujours expliqué qu’il avait souvent été déconsidéré à cause de son poids.

Même s’il est en fin de contrat à Wycombe et n’est donc pas encore certain de découvrir le Championship la saison prochaine, c’est une belle revanche et un acte marquant de plus dans son improbable trajectoire.

ThP