RMC Sport

Leeds: le cours tactique magistral de Bielsa qui assume l’espionnage

-

- - AFP

Dans une conférence de presse programmé à la dernière minute ce mercredi, Marcelo Bielsa a assumé l’entière responsabilité des accusations d’espionnage dont il fait l’objet. Visé par une enquête de la Fédération anglaise, le manager de Leeds admet donc avoir espionné son dernier adversaire Derby County… mais assure n'en tirer aucun avantage. Le reste? Un cours magistral de recueil de données.

L’annonce d’une convocation non prévue au départ des journalistes ce mercredi, pour une conférence de presse annoncée très tardivement, avait fait naître des rumeurs de démission de la part de l’imprévisible Marcelo Bielsa. Il n’en fut rien. Et c’est avec un PowerPoint destiné à la préparation du déplacement à Stoke City que le technicien de Leeds a mis fin aux suspicions. Du moins sur son prétendu possible départ.

Au lieu d’une annonce, l’Argentin était venu pour des justifications. Et pour assumer. Oui, il a bien fait espionner Derby County avant la victoire du leader de Championship vendredi dernier (2-0), action qui lui vaut d’être sous le coup d’une enquête de la Fédération anglaise. Mais les hommes de Frank Lampard ne furent pas les seules "victimes" des yeux de lynx du staff bielsiste. "Mon objectif est de simplifier l’enquête en donnant toutes les informations nécessaires, explique Marcelo Bielsa. En quelques mots, je peux dire que nous avons observé tous les rivaux contre lesquels nous avons joué. On a regardé les séances d’entraînement de tous nos opposants avant de les affronter."

"Ce que nous avons fait n'a rien d'illégal"

Une fois ceci posé, Marcelo Bielsa a plaidé la légalité. "Ce que nous avons fait n’a rien d’illégal. Ce n’est pas spécifié (dans le règlement), assure-t-il. On peut en débattre, ce n’est pas considéré comme une bonne chose mais ce n’est pas une violation de la loi. Je sais que tout ce qui est légal n’est pas bien mais toutes les mauvaises choses que vous faites ne sont pas commises avec de mauvaises intentions. Avoir un mauvais comportement ne signifie pas forcément que vous avez de mauvaises intentions ou l’intention de tricher."

Car s’il reconnaît cet espionnage, Marcelo Bielsa assure que tout ce qu’il sait de ses adversaires, il le tient… de ses analyses de matchs, et non de l’espionnage. "J’essaie de vous faire comprendre que ce que je dis (qu’il n’en tire aucun avantage ndlr) est vrai, poursuit-il. Sur les 51 matchs, nous avons vu des joueurs qui jouent encore pour Derby. Mais ce n’est pas très utile. Cela ne vous place pas dans de meilleures conditions pour gagner un match. Mais faire l’effort de connaître les joueurs de l’équipe, c’est une façon de respecter le football. Je ne peux pas parler anglais mais je peux parler des 24 équipes du Championship. Chaque match prend quatre heures (d’analyse). C’est une manière de connaître les opposants. J’ai un peu honte de devoir vous dire cela."

"Comment j’ai ces informations? Par l’analyse des matchs"

Marcelo Bielsa aura pris le temps de détailler tous les chiffres autour des schémas de jeu de Derby County: combien de fois les hommes de Frank Lampard ont utilisé telle ou telle formation, quels joueurs ont joué à quels postes, leurs mouvements sur le terrain… "Cela vous donne des priorités, résume l’Argentin. Je ne mémorise pas tout mais si j’ai un doute, je peux regarder les documents. Comment j’ai ces informations? Par l’analyse des matchs. Et si je fais tout cela aujourd’hui, c’est parce que je considère que vous ne me croyez pas. Je voulais vous apporter les éléments factuels pour vous convaincre que je dis la vérité."

Le technicien argentin enchaîne alors sur une analyse complète du match de Derby contre Bristol. "Même informations, même analyse, même quatre heures passées à tout compiler. Les détails sont presque incompréhensibles", s’amuse un journaliste du Yorkshire Evening Post sur Twitter. S’enchaîne alors une vidéo de 41 minutes sur les attaques de Derby tout au long de la saison, finalement réduite à huit minutes pour la montrer aux joueurs. Lesquels voient également une vidéo de la même durée sur quelques points défensifs. "L’idée, précise Bielsa, c’est de donner un aperçu de l’adversaire aux joueurs en 15 minutes."

Il en savait plus sur le Barça de Guardiola... que Guardiola

Visiblement pas pressé (ceux qui ont écouté ses conférences de presse marseillaises comprendront), l’ancien coach de Bilbao a même offert à son assistance un focus sur Harry Wilson, meneur de jeu de Derby. Toujours pour prouver que "toutes les données qu’on a à propos de Wilson, nous les connaissons grâce à son passé", précise-t-il. "Je n’ai pas besoin de regarder un entraînement de l’adversaire pour savoir comment il joue", ajoute Marcelo Bielsa, ressortant toutes les données compilées sur les coups de pied arrêtés de Derby County.

L’Argentin qui racontera d’ailleurs que Pep Guardiola, en voyant ses notes après la défaite de Bilbao contre le Barça en finale de Coupe du roi 2012, lui avait dit qu’il en connaissait plus que lui sur son équipe. Avant de remercier son assistance pour sa patience. "Je veux qu’on me juge pour mes intentions, insiste Bielsa. Moi, je ne me sens pas coupable. Je n’ai pas de mauvaises intentions." Pas sûr que Frank Lampard soit du même avis, surtout après la victoire de Leeds contre Derby.

EN VIDEO - Mavuba raconte l'épisode du "loft lillois" à l'arrivée de Bielsa

A.Bouchery