RMC Sport

Manchester United: pourquoi c’est déjà la crise chez les Red Devils

Manchester United s’est éloigné des places qualificatives pour la prochaine Ligue des champions après sa défaite contre Burnley ce mercredi à Old Trafford (0-2). Entre des supporters en colère, des joueurs pas au niveau et un entraîneur en difficulté, les Red Devils se trouvent au bord du gouffre en Premier League.

Qualifié pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa, encore engagé dans les deux coupes nationales et cinquième de Premier League, Manchester United reste en course sur tous les tableaux.

Et pourtant, le troisième club le plus riche de la planète se trouve très loin de ses standards et risque bien de finir la saison sans titre et sans qualification pour la prochaine Ligue des champions. 

La défaite concédée ce mercredi à Old Trafford face à Burnley (0-2) est même apparue comme une énorme humiliation et a repoussé le club mancunien à trente longueurs de Liverpool, solide leader.

"Je suis assis ici et je me trouve dans l’embarras, a même lancé Rio Ferdinand sur le plateau de BT Sport après la rencontre contre Burnley. C’est embarrassant d’être ici pour assister à cela. C’est indéfendable. Les fans s’en vont à la 85e minute. Les dirigeants au sommet doivent faire des changements et élaborer un plan."

Une équipe en difficulté

Longtemps handicapé par une défense trop friable ces dernières années, Manchester United semble avoir résolu une partie de ses problèmes avec les arrivées d’Aaron Wan-Bissaka et Harry Maguire lors du dernier mercato estival. Mais pas totalement. Malgré la présence des deux défenseurs anglais, les Red Devils ne possèdent que la sixième meilleure défense du championnat. Le couloir gauche, en particulier, constitue un point faible avec un Luke Shaw toujours aussi décevant.

Au milieu, si Fred apparaît comme une bonne surprise cette saison après des débuts mancuniens compliqués, l’équipe dirigée par Ole Gunnar Solskjaer manque d’impact. Longtemps blessé Nemanja Matic, peine à retrouver son meilleur niveau et Scott McTominay a rejoint l’infirmerie. Surtout, les Red Devils n’ont jamais su remplacer Paul Pogba. Entre ses envies de départ et une blessure récurrente à la cheville, le champion du monde tricolore n’a disputé que huit matchs cette saison.

Privé de l’un de ses rares joueurs capable de faire des différences dans l’entrejeu, Manchester United n’a rien montré offensivement cette saison avec seulement 36 buts marqués en 24 journées de Premier League.

Et la récente blessure de Marcus Rashford, probablement forfait pour six semaines, a de quoi inquiéter. Privé de l’attaquant anglais face à Liverpool et Burnley, Manchester United n’a pas marqué et s’est procuré très peu d’occasions.

Solskjaer et des dirigeants face aux supporters en colère

Outre un manque de talent sur le terrain, Manchester United ne semble pas avoir un entraîneur capable d’inverser les choses. Arrivé après l’éviction de José Mourinho, Ole Gunnar Solskjaer est arrivé avec un a priori positif auprès des fans. Hormis l’élimination du PSG en Ligue des champions l’an passé, le technicien norvégien a déçu.

>> Le meilleur de la Premier League est à retrouver sur RMC Sport

L’ancien buteur des Red Devils n’a pas réussi à insuffler une nouvelle dynamique à l’équipe tant sur le plan tactique avec un jeu inexistant que sur le plan mental. La déroute face aux Clarets ce mercredi a peut-être confirmé ses manques en matière de leadership ou de capacité à motiver et remobiliser son groupe. 

Fait rare, et ô combien symbolique du côté de Manchester, les supporters des Red Devils ont quitté les tribunes de Old Trafford avant même la fin du match contre Burnley.

Une manière de montrer leur déception vis-à-vis du jeu pratique et surtout leur désaveu quant à la gestion du club par les dirigeants. De nombreux chants anti-Glazers ont même retenti dans le stade ce mercredi. La rupture semble consommée entre les fans et les propriétaires du club anglais.

Un mercato au ralenti

L’éventuelle arrivée de Luis Campos au sein de l’équipe dirigeante pourrait donner un nouveau souffle à Manchester et offrir un peu de répit auprès des supporters mais rien n’est acté avec l’actuel conseiller du président Gérard Lopez à Lille. Et pendant ce temps, les Red Devils montrent de grandes difficultés à boucler leur recrutement cet hiver. Courtisé de longue date, Bruno Fernandes n’a toujours pas quitté le Sporting et les dirigeants mancuniens peinent à trouver un accord avec leurs homologues portugais.

Idem pour Boubakary Soumaré, annoncé dans le viseur du club anglais mais qui ne semble pas encore disposé à quitter le Losc. Un temps présenté comme le successeur de Paul Pogba à la création, le Danois Christian Eriksen donne l’impression de donner sa priorité à l’Inter Milan alors que Donny van De Beek ne bougera pas cet hiver et pourrait opter pour le Real Madrid plutôt que le Nord de l’Angleterre l’été prochain. Cette incapacité à recruter des grands noms ou même simplement à se renforcer lors du mercato hivernal vient confirmer une triste réalité: Manchester United ne semble plus faire rêver les joueurs.

Chelsea-United, un match déjà capital

Et faute de s’activer pendant le mois de janvier, les Red Devils risquent bien de devoir trouver des solutions en interne pour sauver cette saison 2019-20 en arrachant une qualification pour la prochaine Ligue des champions.

Si une épopée en Ligue Europa reste d’actualité, la présence de nombreux prétendants (Inter, FC Séville, Ajax, Benfica, AS Rome) complique la tâche des Mancuniens qui affronteront le FC Bruges lors des seizièmes de finale. Si bien que la Premier League constitue encore la meilleure option pour jouer la prochaine édition de la C1. 

>> Bruges-Manchester United, c’est le 20 février sur RMC Sport

Et pour avoir une chance retrouver la prestigieuse compétition continentale, Manchester United va devoir sortir le grand jeu à Stamford Bridge face à Chelsea, le 17 février prochain.

Quatrième de Premier League avec six points d’avance sur Manchester, le club londonien aura une belle chance d’écarter un rival de la course à la Ligue des champions… et d’enfoncer un peu les Red Devis dans la crise.

Jean-Guy Lebreton