RMC Sport

Odsonne Edouard a enfin dédommagé l'homme qu'il a rendu sourd

Condamné il y a plusieurs mois par la justice française pour une agression survenue en 2017, l'attaquant tricolore Odsonne Edouard vient enfin de verser les indemnités dûes à sa victime, devenue sourde.

Il aura fallu des articles de presse, et semble-t-il un coup de pression de son club, pour qu'Odsonne Edouard (23 ans) se plie à une décision de justice. Selon France 3 Occitanie, l'attaquant français de Crystal Palace vient enfin de payer les 24.000 euros d'indemnités qu'il devait à sa victime toulousaine, pour une agression remontant à plus de quatre ans.

En février 2017, l'ex-international Espoirs - alors prêté par le PSG au TFC - avait tiré pour s'amuser vers un quinquagénaire avec une réplique d'arme à feu de type airsoft, ce qui avait entraîné une surdité chez l'homme en question.

"Un véritable soulagement" pour sa victime

Vite identifié, puis placé en garde à vue, Edouard avait été condamné en juin 2017 à quatre mois de prison avec sursis et 6.000 euros d'amende, sentence confirmée en appel un an plus tard. En avril 2021, après des expertises médicales, Edouard avait également été condamné à verser environ 24.000 euros à la victime en guise de dommages et intérêts. Sauf que début septembre, le dénommé Francis Guiral expliquait dans les colonnes de La Dépêche ne pas avoir reçu le moindre euro.

Un témoignage repris par de nombreux médias, et qui serait arrivé jusqu'aux oreilles des dirigeants de Crystal Palace, où évolue Edouard depuis cet été. Si bien que le joueur a fini par sortir son chéquier.

"Ils (les 24.000 euros) sont bien arrivés chez mon conseil, confirme Francis Guiral à France 3 Occitanie. C'est un véritable soulagement. Grâce à la presse, locale et nationale, au maire de Toulouse qui est intervenu auprès du Toulouse Football Club afin de savoir s'il y avait un moyen de contacter le club d'Odsonne Edouard et à des journalistes comme Philippe Auclair (basé en Angleterre), le message est enfin passé. (...) Toute cette mobilisation fait chaud au coeur. Je vais pouvoir tourner la page et passer à autre chose."

C.C.