RMC Sport

Premier League: Le 11 du début de saison de Philippe Auclair

Diego Costa

Diego Costa - AFP

Observateur avisé depuis de nombreuses années du foot britannique et spécialiste de la Premier League pour SFR Sport et RMC Sport, Philippe Auclair revient sur les bonnes surprises de ce début de saison.

2016 aura vraiment été une annus horribilis à laquelle on dira adieu sans regrets. La catastrophe aérienne de Chapecoense. La mise à jour du plus grand scandale de l’histoire du football anglais – les abus sexuels systématiques commis par des ‘éducateurs’ sur des centaines de jeunes footballeurs, parfois avec la tolérance tacite de certains clubs, sujet sur lequel je reviendrai. L’actualité n’est pas des plus roses dans le monde du football en ce moment.

Mais je ne voulais pas ajouter à la tristesse, au chagrin, à l’indignation ou à la colère aujourd’hui. Je voulais plutôt revenir au jeu qui nous tient à coeur; pas ‘faire comme si’ rien ne s’était passé, non, cela serait impossible; mais aborder un sujet plus léger, maintenant que nous avons passé le cap du tiers de la saison en Premier League.

Je me trouvais mercredi soir à deviser avec deux amis de longue date, l’un journaliste, l’autre abonné des Gunners depuis plus de quarante ans. Le sujet de conversation était des plus banals pour des fans de ballon: les diverses listes des ‘meilleurs footballeurs de l’année’, Ballon d’Or en tête. Et nous en sommes venus tout naturellement à nous poser la question: si nous devions, au 1er décembre, établir un onze des joueurs qui nous ont le plus épaté en Premier League cette saison, quel serait-il? Chose inhabituelle, l’équipe que je proposai à mes camarades emporta leur adhésion, à une exception, que je ne crois pas que vous aurez trop de mal à deviner quand vous serez parvenu au bout de ma liste raisonnée, que voici.

La formation? Un 3-3-3-1 des plus bielsesques, capable de se transformer en 3-5-2 ou en 3-4-3, histoire de donner un coup de chapeau à Antonio Conte, qui en serait clairement le manager. Non que ce système déplaierait particulièrement à Pep Guardiola!

Lloris

Aldeweireld van Dijk Koscielny

Bellerin Fernandinho Milner

De Bruyne Hazard Coutinho

Costa

Banc: Alexis, Agüero, Lallana, Kanté, Azpilicueta, Moses, Cech

Hugo Lloris me parait un choix évident, malgré les performances parfois étonnantes de Tom Heaton (Burnley) et Jordan Pickford (Sunderland), shot-stoppers émérites et men of the season (à ce jour) de leurs clubs respectifs. David De Gea et Thibaut Courtois sont un cran en dessous de leur vrai niveau. Petr Cech a été une présence des plus rassurantes dans la cage d’Arsenal, mais sans les coups d’éclat du capitaine de Tottenham, auteur de quelques arrêts à la limite du vraisemblable – et de matchs qui, tous, ont été largement au dessus de la moyenne.

Le back three ne fut pas des plus difficiles à composer non plus. Aldeweireld, van Dijk et Koscielny méritent tous trois d’être qualifiés ‘de classe internationale’. On a vu combien les Spurs souffraient de l’absence de l’ancien de l’Atlético. On a la confirmation de ce que les scouts de Southampton avaient déniché un arrière central que beaucoup de clubs du Top 10 européen doivent d’ores et déjà convoiter – pour moi le plus complet, et le plus sûr de la PL. Quant à notre Bleu, que dire, si ce n’est qu’on peut s’affirmer à trente ans. Le fameux ‘palier’ a été franchi. Kos' est boss!

J’aurais adoré mettre le merveilleux N’Golo Kanté dans ce onze; tout ce qu’il avait montré avec Leicester l’an dernier, il le montre à nouveau avec Chelsea, mais dans un registre différent, plus libre, plus expansif. Mais Fernandinho a pris l’habitude d’être exceptionnel dans une équipe de Manchester City qui exige énormément de lui, devant une défense qui n’inspire pas vraiment la confiance. On a retrouvé le Fernandinho du Shakhtar. Le box to box infatigable, mais aussi subtil, intelligent dans ses appels et ses placements, dur quand il faut l’être, bref, un joyau. Etonnez-vous qu’il soit le seul footballeur à avoir joué dans leur intégralité tous les matchs de championnat des Citizens… A ses côtés, deux joueurs au profil bien différent, mais qui seraient pour moi à leur top dans un rôle de wing-back (‘piston’): le pur-sang Hector Bellerin, pour qui chaque match est un degré de plus dans son ascension de l’échelle des valeurs, et le cheval de course déguisé en cheval de trait qu’est James Milner. Un footballeur, un vrai, éternellement sous-estimé que celui-là, à qui l’arrivée de Klopp et le repositionnement au poste d’arrière gauche ont donné une seconde jeunesse. Sans oublier que des tireurs de pénaltys plus fiables que lui, il n’y en est pas en PL; en 2016-17, cinq tentés, cinq réussis.

La blessure de Philippe Coutinho est fort heureusement moins grave que ce qu’on avait craint: on reverra le nouveau pilier de la seleçao à la Noël. Cinq buts, cinq passes décisives, déjà, et tant d’autres moments de magie de ce joueur qui est en train de devenir le décalque d’Arjen Robben sur le flanc gauche (avec un rien de folie en plus). Le petit crochet vers l’intérieur, la frappe, la lucarne. On sait ce qu’il va faire, mais on est incapable de l’en empêcher. Dans l’axe, Eden Hazard, qui d’autre? On n’a pas retrouvé le ‘footballeur de l’année’ de 2014-15; celui-ci est meilleur que celui-là, plus costaud, plus libre, plus efficace. Pour compléter mon trio d’attaquants de soutien, une autre évidence, Kevin de Bruyne. Une fois que j’ai dit son nom, je n’ai pas grand-chose à ajouter.

Reste la pointe de mon 3-3-3-1, et c’est là que l’on fait face à un vrai casse-tête. J’ai choisi Diego Costa, ce qui me valut des regards en travers de mes deux amis, lesquels ne portent pas Chelsea dans leur coeur, et le Brésilo-Espagnol encore moins. OK. Il y a beaucoup de choses qu’on peut ne pas aimer dans le jeu de Costa. Il est truqueur, vicelard, provocateur, tout ce que vous voudrez. Mais il est aussi d’une incroyable générosité dans l’effort, bien plus habile qu’on le dit, et de nouveau meurtrier devant le but. Conte semble aussi avoir domestiqué l’animal, qui n’a absolument rien à se reprocher – je parle du comportement autant que des prestations – depuis la défaite 3-0 des Blues à Arsenal, qui sonna le réveil de Chelsea. Agüero, joueur d’une classe supérieure, je l’admets, n’a pas toujours été au mieux avec City, et s’est d’ailleurs fait rappeller à l’ordre par Guardiola. Mon vrai crève-coeur est de laisser Alexis Sanchez de côté. C’était un pile ou face. Et la pièce est tombée côté face. Et c’est vrai qu’une gueule comme celle de Costa, on n’en voit pas tous les jours.

A vous de jouer!

Philippe Auclair