RMC Sport

Premier League: le coquelicot de retour sur les maillots ?

Les joueurs de Liverpool

Les joueurs de Liverpool - AFP

Alors qu’il avait été interdit ces dernières années par la FIFA, le coquelicot commémoratif en l’honneur des soldats morts au combat pourrait refaire prochainement son apparition sur les maillots des quatre nations du Royaume-Uni.

Les fans de la Premier League en ont l’habitude, en novembre, les joueurs arborent toujours sur leur maillot un coquelicot, à la mémoire des soldats morts au combat. Traditionnellement, les équipes nationales d’Angleterre, du Pays de Galles, d’Ecosse et d’Irlande du Nord faisaient de même lors de leurs rencontres disputées à cette période de l’année. Une coutume qui a provoqué à plusieurs reprises quelques frictions entre les instances du football britannique et la Fifa, qui bannit les "symboles politiques sur les maillots".

>> Angleterre: un gardien expulsé pour avoir uriné en plein match 

Des règles assouplies

Les quatre fédérations vont demander de manière conjointe à pouvoir arborer ce symbole pour leurs rencontres à venir, alors que La FIFA semble moins ferme que par le passé sur cette question. En septembre, la Fifa, initialement opposée à tout "symbole politique" sur les maillots, avait fait marche arrière après le tollé provoqué par l'interdiction du "poppy" en novembre 2016. Mais l'instance mondiale a assoupli son approche, tolérant désormais certaines "initiatives" sur les tenues des joueurs.

Selon ces nouvelles consignes, le pays souhaitant arborer des messages ou des symboles ayant trait à son histoire ou pour célébrer un événement national ou international, peut envisager de le faire mais doit "attentivement" prendre en compte "la sensibilité de l'équipe adverse et du public". La saison dernière, les quatre fédérations britanniques avaient reçu des amendes de la part de la Fifa, sans toutefois les payer.

>> VIDEO: une bagarre éclate lors de Stoke-Watford

VIDEO: Deux buts dans le temps additionnel, un sauvetage sur sa ligne, un come-back de dingue en Angleterre

Louis Faure