RMC Sport

West Ham : comme Payet, Bilic a voulu quitter le club et mis en colère son coach

Slaven Bilic avec West Ham en 1996-1997

Slaven Bilic avec West Ham en 1996-1997 - AFP

Dimitri Payet a fait savoir à Slaven Bilic, l’entraîneur de West Ham, qu’il voulait quitter le club pendant ce mercato hivernal. Le Croate a adopté une position ferme, assurant que le Français ne serait pas vendu. Il y a 20 ans, il était pourtant dans la même position.

Il pourra dire qu’il n’y a que les c… qui ne changent pas d’avis. Slaven Bilic se retrouve dans une situation compliquée avec Dimitri Payet lors de ce mercato d’hiver. Le Français, joueur le mieux payé de West Ham, a demandé à son entraîneur d’être transféré. L’OM, son ancien club, est sur le coup. Mais le Croate a refusé de laisser partir Dimitri Payet et l’a écarté du groupe. Il y a 20 ans, pourtant, Slaven Bilic était dans la même situation.

A l’époque, le défenseur central vient d’effectuer sa première saison avec West Ham (1996-1997). Et Everton le drague. Harry Redknapp, son coach, est "amer et en colère" selon des propos exhumés par le Guardian. "Il a un contrat fantastique, déplorait le technicien anglais. Il est le joueur le mieux payé de l’histoire. Il a signé ça… Maintenant, il veut partir et pense qu’Everton est un grand club, donc on ne peut rien faire. West Ham est un grand club selon nous, mais il pense autrement."

Bilic, l’arroseur arrosé

"Je devais faire ça, expliquait Slaven Bilic. Nous sommes professionnels. Tous les joueurs le savent. Si quelqu’un a la chance d’aller dans un grand club, il doit la saisir." Ce n’est pas tout à fait le message qu’il a adressé à Dimitri Payet cette semaine. "C’est notre meilleur joueur, c’est pour cela qu’on lui a donné un long contrat. On lui a tout donné, on a toujours été là pour lui. J’attends qu’il montre son engagement." Un Slaven Bilic également "déçu et en colère". Difficile de garder la même position en tant que joueur et entraîneur…

A voir aussi >> Le mercato en direct 

A voir aussi >> West Ham : un vigile pour "protéger" l'espace consacré à Payet et des chants contre lui