RMC Sport

Mercato: le Sporting dénonce le transfert de Joao Mario à Benfica, l'Inter réplique

Joao Mario s’est engagé avec Benfica ce mardi, après avoir résilié son bail avec l’Inter Milan. Un transfert que conteste le Sporting, son ancien club, qui estime que les Italiens n’ont pas respecté une des clauses de son contrat.

L’annonce s’est faite dans le calme, ce mardi après-midi, sans laisser présager de la polémique qui allait suivre. Le milieu de terrain Joao Mario, libéré de son contrat avec l’Inter Milan, s’est engagé avec Benfica jusqu’en 2026. La saison précédente, il avait été prêté au Sporting Portugal, son club formateur, avec lequel il avait décroché la dernière Primeira Liga. Quelques heures après que le transfert ait été révélé, c’est le Sporting qui a mis le feu aux poudres en révélant une clause de son précédent contrat qui n’aurait pas été respectée.

Après avoir fait ses débuts au plus haut niveau avec le Sporting, Joao Mario a quitté son Portugal natal en 2016 pour s’engager avec l’Inter, contre 40 millions d’euros. Parmi les conditions au moment de la signature, d’après le Sporting, il était inclus que l’Inter devrait payer 30 millions d’euros supplémentaires s’il voulait revendre le joueur à un autre club portugais, dont Benfica. Pour esquiver cette clause, l’Inter et Joao Mario se seraient donc entendus pour rompre leur contrat d’un commun accord, avant que ce dernier ne s’engage avec sa nouvelle équipe.

L'affaire pourrait aller devant la justice

Une magouille qui ne passe pas aux yeux du Sporting, d’autant que le club lisboète avait fait une offre à l’Inter pour recruter Joao Mario cet été, que les Nerazzuri avaient refusé. "Les partis connaissaient les obligations auxquelles ils avaient souscrit en 2016 et qu’ils essaient maintenant d’éviter", affirme l’institution dans un communiqué. Ne voulant plus commenter publiquement l’affaire, le Sporting a tout de même affirmé vouloir tenir le club responsable pour les "dommages causés et le non-respect des obligations" de la part de l’Inter.

De son côté, le club milanais a dit avoir "pris connaissance" du communiqué du Sporting, jugé "inacceptable, extrêmement sérieux et, surtout, infondé". "Le club protègera son image et sa réputation devant les instances pertinentes", a-t-il assuré. Le sujet est d’autant plus épineux qu’une rivalité féroce, sportive et culturelle, oppose depuis toujours le Benfica et le Sporting. Dans ce cadre, l’arrivée de Joao Mario, brillant l’an passé, chez le premier nommé est forcément un gros coup.

Corentin Parbaud Journaliste RMC Sport