RMC Sport

Revue de presse européenne : Paris brille à l’ombre

David Luiz

David Luiz - AFP

La grande performance du PSG, qui a infligé au Barça sa première défaite de la saison (3-2), n’est pas passée inaperçue… mais presque. S’ils soulignent la belle prestation collective des Parisiens, les médias étrangers mettent surtout l’accent sur la faillite défensive des Catalans.

Légèrement léthargique en championnat, Paris a mis son réveil au meilleur moment pour rappeler ses ambitions à l’Europe du football. Certes, le club de la capitale s’est déjà fait une belle place sur l’échiquier continental grâce à deux quarts de finale de Ligue des champions consécutifs. Mais depuis qu’il a changé de dimension il y a quatre ans en passant sous pavillon qatari, il n’avait qu’un succès de prestige à se mettre sous la dent, l’an passé contre Chelsea (3-1). Avec le Barça ce mardi (3-2), c’est donc un deuxième ex-vainqueur de la C1 qui est tombé au Parc.

« On est là, on est un grand club. C’est la plus belle victoire de ma vie », s’est emballé le président parisien Nasser Al-Khelaïfi, conscient qu’au-delà du bénéfice sportif (Paris a pris la tête de son groupe), ses joueurs pouvaient difficilement choisir meilleur contexte pour exposer la « marque PSG ». Mais malgré son enthousiasme, la victoire parisienne n’a pas vraiment fait frémir au-delà de l’Hexagone. La presse espagnole se concentre ainsi sur la fébrilité défensive du Barça, qui n’avait pas encaissé le moindre but depuis le début de la saison. La prestation du collectif mis en place par Laurent Blanc est quand même louée. « Il a été capable d’enlever des couleurs au Barça », écrit ainsi le Mundo Deportivo, qui note malicieusement que les « bourreaux » du Barça, David Luiz et Marquinhos, sont deux anciennes cibles des recruteurs catalans. Le quotidiens madrilènes As et Marca préfèrent eux se délecter de cette première défaite catalane sous les ordres de Luis Enrique, honni dans la capitale espagnole.

Eclipsé par City-Roma

Pour trouver des articles qui se focalisent davantage sur la performance des Parisiens, mieux vaut se diriger vers les pays représentés au sein de l’effectif. Le résultat de ce PSG « italianisé » par l’ex-directeur sportif Leonardo, a reçu un (petit) écho de l’autre côté des Alpes. « Le PSG donne un coup de pied à la crise grâce aux exploits de Verratti, Motta et Sirigu », s’affiche ainsi à la une du site de la Gazzetta Dello Sport. Le Corriere dello Sport et TuttoSport accordent moins de place mais difficile de rivaliser avec Francesco Totti, devenu le buteur le plus âgé de l’histoire de la C1 le même soir lors de Manchester City-AS Roma (1-1). Un match qui occupe également beaucoup les médias anglais, qui ont relayé la victoire parisienne sans vraiment entrer dans l’analyse.

L’information a quand même traversé les frontières du Vieux Continent. La joie de David Luiz sur son but illustre le résumé d’O Globo, intéressé par une partie disputée par six Brésiliens. Les deux références américaines Sports Illustrated et ESPN ne sont pas non plus passées à côté de l’événement. Le premier s’emballe pour Marquinhos alors que le second met en avant la « nuit héroïque » du PSG, qui contraste avec sa performance de la première journée à Amsterdam (1-1). C’est d’ailleurs la tonalité générale des médias étrangers, qui voient cette victoire comme un exploit. Sans doute la preuve que le PSG n’est pas encore assis à la table des grands d’Europe, même s’il frappe très fort à la porte.

S.C.